Ferme de l'horreur à Hemptinne

Camus
Ferme de l'horreur à Hemptinne
©D.R.

Deux bêtes ont été euthanasiées

FLORENNES Vendredi après midi, plusieurs éleveurs de Hemptinne et de la région ont témoigné leur vive colère à l'égard d'une intervention de M. Hespel de la Sapad de Morialmé - asbl d'Aide et de Protection Animale - requise à l'initiative d'un voisin de l'exploitation de Daniel Balle, un éleveur visé pour maltraitance animale.

Le voisin avait avisé M. Hespel de maltraitance envers du bétail - dont une vache en piteux état physique baignant dans la boue et agonisant depuis trois jours et trois nuits - ainsi que de la présence de charnier à proximité de la ferme.

Des photos prouvent que l'on est bien loin de cette seule bête agonisante. Dans le bas de l'exploitation, c'est un véritable mouroir avec plusieurs bêtes amassées les unes sur les autres dans une obscurité et une crasse innommables - et dans le non-respect de la loi du 14 août 1986 sur la protection animale.

Plusieurs carcasses de bêtes crevées ont été localisées çà et là en divers endroits de l'exploitation. Quant à parler des conditions d'élevage, elles sont loin d'être optimales.

Lors de sa visite d'inspection vendredi, M. Hespel a été pris à partie par M. Balle et ses collègues appelés en renfort... et à deux doigts de la bastonnade. Les services de la zone de police Flowal de Walcourt ne sont intervenus que plus tard grâce à l'intervention d'un collègue en civil.

Pour justifier leur colère vis-à-vis de M. Hespel, les fermiers présents - ainsi que l'avocate de M. Balle - se retranchaient derrière l'épidémie de la langue bleue. Suivant l'entretien que M. Hespel a eu avec le vétérinaire de l'exploitation, le problème de la langue bleue n'est pas la cause première : "Une situation familiale particulière et un surnombre d'animaux sont probablement la cause de la situation. Il serait préférable de diminuer le nombre de têtes de bétail ou alors de se faire seconder ou aider dans l'exploitation."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be