Animal protégé et sans danger

M. Ka.

Le renard urbain est présent un peu partout dans la capitale

BRUXELLES À l'Institut bruxellois de gestion de l'environnement (IBGE), il existe un service spécialisé dans l'observation et la surveillance de la population de renards dans la capitale. "Il est difficile d'estimer la population de renards. On sait simplement que, dans les zones les plus denses, il y a jusqu'à quatre familles au km²" , explique Olivier Beck, de l'IBGE.

Une famille, c'est une femelle et plusieurs jeunes. "C'est dans le sud et le sud-est de la capitale que les renards sont les plus nombreux, mais ça dépend fort de la nourriture qu'ils peuvent trouver et comme leur alimentation change au cours de l'année, ils se déplacent beaucoup."

Le renard véhicule toute une foule de préjugés mais "il ne présente aucun risque sanitaire. Chaque cadavre qui est récupéré est contrôlé par l'Institut Pasteur et on ne connaît aucun cas de rage ou de quelque autre maladie que ce soit" , relève Hugues Fanal.

Le renard, comme beaucoup d'autres espèces, est protégé aussi bien en Wallonie qu'à Bruxelles. Tuer un animal protégé, c'est s'exposer à des sanctions pénales qui peuvent aller de la simple amende à des poursuites judiciaires pour du braconnage de grande envergure. Souvent, on ignore que des espèces animales courantes sont des espèces protégées. Hérissons, chauves-souris, grand hamster d'Europe, le castor, l'écureuil, toutes sortes de musaraignes et de batraciens sont ainsi soumis à protection.

Avant de faire quoi que ce soit avec un animal gênant ou non, le meilleur conseil que l'on peut donner, c'est "de se renseigner pour ne pas faire n'importe quoi" , conclut Hugues Fanal.



© La Dernière Heure 2009

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be