Des hypothèses, rien de plus…

Jean-Michel Crespin
Des hypothèses, rien de plus…
©DEVOGHEL

Faute de mieux pour l’instant, toutes les pistes restent ouvertes

LIÈGE “Il s’agit d’un accident, d’un acte volontaire ou d’un acte involontaire par défaut de prévoyance. Si on peut imputer la responsabilité pénale à quelqu’un, il y aura des poursuites.”

Danièle Reynders, le procureur du Roi de Liège, est ouverte à tout et le juge d’instruction chargée de l’enquête est dans le même esprit : on ne sait rien ou on ne communique rien. Ce n’est pas pour la cause que les enquêteurs de la police judiciaire restent inactifs, des auditions sont menées tous les jours

Reste que, pour l’instant, le travail de la police consiste aussi à déterminer qui se trouvaient ou ne se trouvaient pas dans les immeubles détruits.

Ainsi des comptes, certes macabres, qui ont été dressés, tous les occupants de l’immeuble du 20 ont été identifiés et retrouvés.

Au 18 par contre, c’est le flou. Les habitants ou occupants du rez-de-chaussée et des quatre premiers étages sont comptabilisés. Par contre, on ne sait trop qui résidait au cinquième étage.

C’est ici qu’apparaît l’hypothèse de la présence d’une famille d’origine bulgare qui n’est réclamée par personne.

Un journaliste de Sofia est arrivé à Liège, persuadé que des compatriotes se trouvaient dans les victimes.



© La Dernière Heure 2010

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be