L’État belge se laisse-t-il berner ?

D. Ha.
L’État belge se laisse-t-il berner ?

Nozha raconte comment son père a tué sa mère grâce à sa Garantie de revenus aux personnes âgées (Grapa)

MAROC “Je veux que ceux et celles qui ont tué ma maman paient. Je ne retrouverai le sommeil que lorsque le monde entier saura la vérité sur ce qui se passe dans ce pays de misère, le Maroc.” Ces mots, ce sont ceux de Nozha, 36 ans. Une Belge d’origine marocaine dont la maman, Rahma, est morte dans des circonstances floues le 18 octobre dernier au Maroc. “Cela faisait quatorze ans que mon père, Lachen, âgé de 73 ans, la trompait avec Rhimou, leur femme de ménage marocaine, 38 ans. Ma mère ne l’avait découvert que peu après qu’ils repartent vivre au Maroc, il y a cinq ans.”

Rahma s’était mariée à l’âge de quatorze ans au Maroc avant de rejoindre son mari en Belgique. Mon père y a fait toute sa carrière dans une usine. A l’âge de la pension, il a voulu repartir au Maroc. Ma mère ne voulait pas, mais elle l’a suivi parce qu’elle n’entrevoyait pas d’autre possibilité” , se remémore Nozha. “C’était pour rejoindre son amante que mon père voulait retourner vivre au Maroc. Cette Rhimou lui a depuis lors fait vendre toutes les maisons qu’il possédait au Maroc et s’était payées en partie avec nos allocations familiales. Mon père lui a acheté un appartement près de là où il vivait avec maman. Lorsqu’elle est morte, il n’a pas attendu deux mois pour se remarier.”

Lorsque sa maman est décédée à l’âge de 72 ans à Martil, Nozha n’a curieusement reçu qu’un message vocal de la part de son père, Lachen : “Ta mère est morte.” Et quand Nozha l’a rappelé, celui-ci lui a donné pour seule explication : “Quand je suis rentré à la maison, ta mère n’allait pas bien. J’ai voulu l’emmener chez un médecin, mais elle n’a pas voulu et est morte par après à la maison”

Avec ses frères et soeurs, Nozha n’a pas cru son père et a fait pratiquer une autopsie. Laquelle a révélé que sa maman avait succombé à “une crise cardiaque engendrée par un œdème pulmonaire”. Et Nozha de livrer le fin fond de sa pensée : “Cela n’est pas arrivé du jour au lendemain. Il y a dû y avoir des signes avant-coureurs. Mon père et son amante sont responsables de sa mort et doivent au minimum être condamnés pour non-assistance à personne en danger, si pas plus. Cette Rhimou l’a humilié jusqu’au bout. Lorsque ma mère a découvert leur liaison, elle a été harcelée et menacée pour qu’elle ne nous dise rien…”

Nozha a d’ailleurs écrit un courrier de cinq pages au Roi du Maroc pour tenter de faire ouvrir une enquête et faire toute la lumière sur la mort de sa maman. “C’est vous le Roi. Pourtant, cette femme – Rhimou, la maîtresse de son père nous téléphone et nous menace en nous interdisant d’entrer au Maroc, notre pays. Elle dit qu’elle engagera des gens pour nous tabasser et, comme elle a une sœur qui cultive du cannabis, elle menace de mettre du cannabis dans notre valise afin de nous faire arrêter au Maroc. En plus cette femme a fait un an de prison pour adultère. Son mari, qui a peur d’elle, lui a pardonné. Pour couronner le tout, elle fournit à mon père, qui a 73 ans, des filles en échange de sa pension de 1.540 euros”, a-t-elle détaillé audit Roi. En vain, si ce n’est l’accusé de réception qui lui est parvenu en retour.

En Belgique, c’est vers l’Office des étrangers et l’Office national des pensions que Nozha s’est tournée afin de contrecarrer les plans de son paternel. “La nouvelle épouse de mon père a 35 ans et fait partie de la famille de son amante ! On a averti l’Office des étrangers parce que mon père va revenir d’ici peu en Belgique et compte faire venir cette femme et se remarier pour ensuite procéder à un regroupement familial. Ce qui ouvrira la porte pour son amante de toujours. On n’a pas reçu la moindre réponse de leur part.” Et d’insister : “On a aussi averti l’Office national des pensions que mon père touchait indûment sa garantie de revenus aux personnes âgées, ce qui lui donne droit à un complément de plus de 600 euros en plus de sa pension de base alors qu’il est domicilié fictivement chez moi tout en vivant à l’année au Maroc…” Précisons qu’une telle Garantie de revenus aux personnes âgées (Grapa) n’est en principe octroyée que si le bénéficiaire dispose d’une résidence effective et permanente en Belgique et à condition de ne pas effectuer de séjour à l’étranger pendant plus de trente jours consécutifs! “Pourquoi l’État belge ne contrôle-t-il pas simplement les passeports des bénéficiaires de la Grapa ?, s’interroge Nozha. Je ne comprends vraiment pas, ça permettrait de s’apercevoir que mon père est loin d’être le seul à frauder de la sorte. Sans cette allocation, il n’aurait jamais pu entretenir sa maîtresse. Cet argent que vous leur donnez cause en plus le désespoir de nombreuses familles. Il y a tant de femmes qui vivent le même clavaire que ma mère…”



© La Dernière Heure 2013

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be