Attention aux mariages à Las Vegas !

Un tribunal bruxellois refuse celui en 2006 d’un plombier et d’une riche veuve.

Gilbert Dupont
Attention aux mariages à Las Vegas !

Le tribunal civil de Bruxelles a rendu jeudi passé un jugement sur les mariages à Las Vegas : les Belges peuvent valablement se marier à Vegas. Pour le tribunal, en effet, "le droit du Nevada (États-Unis d’Amérique) s’applique dès lors qu’il n’est pas contesté que les formalités prescrites par ce droit ont été respectées".

L’affaire concernait un plombier bruxellois qui s’était marié en 2006 à Las Vegas avec la veuve de 29 ans plus âgée d’un riche homme d’affaires belge.

Pour le plombier, la preuve que la veuve avait voulu se marier est qu’elle avait entièrement pris tous les frais de plus de 25.000 euros à sa charge et que l’union avait été consommée.

Mais si elle reconnaît les mariages de Belges à Las Vegas, la 12e chambre apporte un important bémol : "Outre les conditions de forme, il y a lieu de vérifier au regard du droit belge si les parties avaient l’intention de créer une communauté de vie durable."

Or, pour Mme Crabbé, leur crochet par une chapelle de Las Vegas n’était tout au plus qu’une "animation touristique".

Pour prouver que la veuve avait la volonté de se remarier, le plombier, Tony Canteli, rappelait que la cérémonie s’était déroulée devant témoin. Que la mariée avait tout payé, les vols en 1re classe (11.200 €), les soupers aux chandelles, le survol du Grand Canyon (6.000 €), les nuits au Caesar’s Palace (9.000 €), le champagne, les casinos et la limousine avec chauffeur.

Son avocate plaidait aussi que madame avait acheté elle-même en Belgique, donc avant de partir, la robe de mariée qu’elle porterait.

Et des dizaines de photos les montraient heureux. Et elle : souriante. Mais pour le tribunal, "ces témoignages, factures d’achats et photos de moments passés avec Mme Crabbé et en famille ne suffisent pas à démontrer la sincérité des consentements des époux au moment du mariage".

Peu importe, juge le tribunal civil de Bruxelles qui retient par contre qu’"aucun membre des familles respectives n’était présent au mariage, qu’aucune fête de mariage n’a été organisée et qu’en outre les parties n’ont jamais été domiciliées ensemble".

Le plombier de 37 ans venait réparer le toit de la villa à Dilbeek de Mme Simonne Crabbé, veuve d’Auguste Werdefroy, le placeur de machines à sous mort l’année précédente.

"Si j’avais su à quel homme j’avais affaire", confie-t-elle, hier.

Selon le tribunal, en effet, le plombier avait dans le même temps une liaison avec une autre dame qui a eu de lui un enfant " presque 9 mois après le voyage à Las Vegas".

Cerise sur le gâteau , Tony Canteli a en outre été condamné en 2006 et 2009 en correctionnelle pour avoir escroqué et harcelé… Mme Crabbé.

Puisqu’elle n’était pas mariée, cette dernière ne devra pas divorcer et n’aura plus à s’inquiéter pour sa fortune, ajoutent Mes Carine Liekendael et Abdelhadi Amrani qui la défendent.


Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be