La justice a déboursé 5.200 € pour 5 perroquets

Patricia B. possédait 135 animaux en cage saisis par la justice. Soit 126 rats, 4 perruches et 5 perroquets. Ci-dessus, Kali, cacatoès rosalbin (g.) et Jezn et Louis, couple du Gaon

Gilbert Dupont
La justice a déboursé 5.200 € pour 5 perroquets
©IPM

Le SPF Justice a payé 5.200 € pour des perroquets, cinq perroquets saisis en février à Etterbeek et dont la saisie se prolonge depuis maintenant sept mois et demi avec des frais de pension qui commencent à chiffrer.

Alors que L’Avenir révélait hier que le département n’avait pas d’argent depuis deux ans pour nettoyer le palais de justice de Tournai, la situation de ces perroquets commence à ressembler à du pur délire. Et ce n’est qu’un début puisque la Ligue royale LRBPO qui soigne les perroquets fait ses comptes pour août et septembre. Ce sera encore 1.525 € à payer.

Le 7 février dernier, la police saisissait 135 animaux en cage chez une habitante d’Etterbeek. L’affaire est connue. Parmi les 135 poils et plumes se trouvaient 126 rats et 9 volatiles, les 5 perroquets et 4 perruches.

Pour les rats, la facture s’est élevée à 1.062 € de frais de saisie également payés par la justice. Pour les psittaciformes, la pension est facturée 25 € par jour. “Et encore,

confie Dominique Hoste, leur soigneur à la LRBPO,

nous ne facturons pas la pension des perruches, seulement celle des perroquets”.

Des perroquets qui vivent comme des coqs en pâte. Vous avez Mojito, un amazone appelé ainsi parce qu’il apprenait à dire  : “Mojito, Mojito.”

Et Kali le cacatoès rosalbin; Jezn et Louis, le couple du Gaon, et Alba le cacatoès blanc qui sait dire “Coucou “et “Bonjour”.

Tous nos pensionnés reçoivent-ils 25 euros par jour  ?

À la LRBPO, Dominique Hoste s’impatiente  : “En principe ici nous soignons les oiseaux blessés, pas les bien portants.” S’il n’en est pas moins aux petits soins pour eux, Dominique Hoste juge qu’il “est totalement absurde de prolonger la situation […] Ces perroquets deviennent les perroquets les plus chers du monde”.

Les cinq volatiles sont saisis sur décision d’un juge d’instruction qui, soucieuse d’appliquer la loi, estime que les conditions ne sont pas remplies pour les restituer à leur propriétaire, Patricia B.

On apprenait dans la journée qu’un dénouement est peut-être en vue  : une juriste bientôt avocate, Laura Severin, croit avoir trouvé la solution miracle qui débloquerait la situation et encouragerait la justice à lever la saisie.

Le hasard incroyable veut en effet que le Moniteur a publié avant-hier un décret wallon du 11 juillet 2013 dont l’article 93 paragraphe 53 alinéa 2 sous-alinéa 2 (ouf  !) permet dorénavant aux particuliers de détenir sans autorisation jusqu’à 24 oiseaux.

Seul obstacle, Patricia habite à Etterbeek, qui n’est pas en Région wallonne. Mais la Bruxelloise était en fait déjà décidée pour assouvir sa passion des rats et des perroquets, à s’installer à Flémalle qui est en Région wallonne.

La juge devra encore marquer son accord et exiger de Patricia qui veut revoir ses 5 perroquets, de rembourser au parquet 6.725 euros.

C’est chérot le perroquet.

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be