Le patron de l’Inspection générale gagnera 40 % de plus que la… commissaire générale

La chef de 12.000 policiers moins bien payée que le chef de 120.

Gilbert Dupont
Le patron de l’Inspection générale gagnera 40 % de plus que la… commissaire générale
©Belga

La commissaire générale Catherine De Bolle, dirigeant responsable de plus de 12.000 policiers, va presque gagner moitié moins - exactement 40,5 %, NdlR - que le prochain inspecteur général de la police qui ne dirigera pourtant qu’à peine 120 enquêteurs. "Complètement gek (fou), réagit Gert Cockx, du syndicat de police SNPS.

L’Inspection générale de la police fédérale et de la police locale se cherche un nouvel inspecteur général pour la diriger.

L’Inspection générale encore appelée AIG, ce sont les bœufs-carottes qui, à l’instar du comité P, enquêtent sur les éventuels écarts commis par des policiers.

L’appel à candidatures qui est lancé est une vraie révolution : le poste d’inspecteur général est en effet désormais ouvert aussi à des hommes et femmes de l’extérieur ne faisant pas carrière à la police.

Pour la première fois dans l’histoire de la police belge, un simple citoyen pourra être nommé à la direction d’un service de police, et c’est loin d’être théorique.

Sur proposition de la vice-Première et ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet, il a été décidé d’adapter les traitements au nouveau profil. Le prochain inspecteur général de la police intégrée exercera une haute fonction de direction et de management, soit de niveau 5 dans l’administration fédérale. Niveau 5 égale 108.654,92 euros par an.

En temps de crise et de budgets rabotés, c’est peu dire que les syndicats de police la trouvent amère.

Au SNPS (Syndicat national du personnel de police et sécurité), Gert Cockx n’en croit pas ses yeux : "Le prochain patron de l’Inspection générale qui aura 120 enquêteurs sous sa responsabilité sera (très) nettement mieux rémunéré que la commissaire générale patronne de la police qui en a 12.000. Comme fonctionnaire de police, les traitements sont plafonnés à 63.956,56 euros par an auxquels peuvent s’ajouter au maximum 13.386,26 euros de primes diverses, soit un salaire net annuel maximum de 77.342,82 euros. Elle gagnera 30.000 euros de moins."

Évoquant le salaire du prochain patron des bœufs-carottes, Gert Cockx parle d’un "véritable jackpot". "Et pourquoi fallait-il le chercher à l’extérieur ?"

Les candidats doivent être âgés d’au moins 40 ans et faire la preuve d’au moins 6 ans d’expérience de management ou 10 ans d’expérience professionnelle utile.


Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be