Procès Romain Schreul: l'accusé est narcissique, manipulateur et pervers

C’était, à première vue, un homme sans histoires. Chauffeur de bus au TEC, en invalidité après un accident de la route, Romain Schreul a pourtant échafaudé des projets machiavéliques.

Belga
Procès Romain Schreul: l'accusé est narcissique, manipulateur et pervers
©BELGA

Romain Schreul présente une structure de personnalité narcissique, ont exposé mercredi trois experts psychiatres et psychologues devant la cour d'assises de Liège. L'accusé a été décrit comme un manipulateur et un pervers qui présente une personnalité caractérielle et perturbée. 

Romain Schreul avait été victime d'un grave accident de bus alors qu'il travaillait comme chauffeur dans une société de transports en commun. Depuis, il dit souffrir de crises d'épilepsie et de problèmes physiques qui se manifestent par des pertes de connaissance et des chutes violentes. Il dit être tombé à 70 reprises sur une période de trois ans de détention. Personne ne semble avoir déjà assisté à ce genre de chute lors desquelles Romain Schreul prétend tomber comme une planche, les bras le long du corps. Aucun médecin n'a pu donner de cause à cette problématique qu'il décrit.

Cet aspect de la personnalité est important dans le dossier car l'accusé prétend qu'il ne se souvient pas de son emploi du temps dans les heures qui ont précédé l'empoisonnement de son épouse. Le dossier a démontré qu'il a eu des activités mais il affirme qu'il ne s'en souvient plus et qu'il aurait pu faire un déplacement en voiture et utiliser son téléphone sans en avoir conscience.

Un épileptologue avait déjà écarté la cause physique et confirmé que Romain Schreul ne souffre pas d'épilepsie. Un neurologue a confirmé que les pertes de conscience et les trous de mémoire dont prétend souffrir l'accusé ne trouvent pas de cause physique. Il ne présente pas de maladie épileptique ou de maladie du cerveau. Selon le neurologue, il pourrait éventuellement s'agir de crises psychogènes.

Plusieurs experts désignés par la justice ont analysé la personnalité de Romain Schreul. Le psychiatre Walter Denys l'a qualifié de "chef d'oeuvre de l'expression de l'indéterminé". L'expert a relevé chez lui une froideur, une critique facile et une autosuffisance.

Le psychologue Elmar Homburg a de son côté rapporté que Romain Schreul a parlé beaucoup de lui lors des entretiens mais très peu de Kanchana Raemkhonburi, son épouse décédée. "Il en rajoute tellement sur lui qu'il est difficile de le supporter", note l'expert. Romain Schreul se décrit comme étant trop bon et idéaliste. Des volontés de commander, de diriger et de prendre le pouvoir se détachent aussi de sa personnalité. Romain Schreul désire être puissant. Il instrumentalise l'autre et semble prendre une forme de plaisir à le faire.

Selon le psychologue, Romain Schreul présente une personnalité narcissique et perturbée. Il est manipulateur et pervers. "Il se veut grand, merveilleux et parfait", a décrit l'expert.

Le psychologue Serge Garcet a confirmé la dimension manipulatrice et perverse de l'accusé. Dans l'analyse du trouble de la personnalité narcissique de l'accusé, l'expert a relevé que Romain Schreul se considère au-dessus de tout. "Il a un sens grandiose de sa propre importance! ", a indiqué l'expert.

Le procès reprendra jeudi avec l'audition de l'ex-épouse de Romain Schreul.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be