La dispute conjugale tourne au drame

Hassan Ben Ammar a tué sa compagne et a grièvement blessé sa belle-mère.

Y. N.
La dispute conjugale tourne au drame
©dr

Au lendemain du terrible drame qui s’est joué dans une habitation divisée en appartements dans la rue de la Batterie, des questions se posaient toujours sur les circonstances qui ont amené Hassan Ben Ammar, un Belge d’origine tunisienne âgé de 30 ans, à tuer sa compagne, Delphine Purnelle, née en 1977, dans leur habitation de Villers-la-Ville (Brabant wallon).

Les faits se sont déroulés dimanche, sur le coup de 19 h 45. Le jeune couple, qui avait emménagé dans les lieux il y a un peu plus d’un an, s’est, pour une raison encore indéterminée, violemment disputé.

Hassan se serait alors emparé d’un couteau de cuisine dont la lame mesurait environ 20 centimètres. Et il aurait poignardé à deux reprises au niveau de la poitrine sa compagne, ne lui laissant aucune chance. Delphine s’est alors écroulée sur le sol, se vidant de son sang.

Quelques instants plus tard, la mère de la victime, âgée de 61 ans, a fait irruption dans l’appartement du jeune couple. Vivant dans un appartement situé au rez-de-chaussée de l’habitation, elle avait entendu la violente dispute. Venant voir ce qu’il se passait, elle aurait aperçu sa fille gisant dans une mare de sang, avant d’être elle-même frappée à son tour par son beau-fils. Lequel lui aurait asséné 5 à 6 coups de couteau au niveau du thorax ainsi que dans le dos.

Peu après son crime, Ben Ammar aurait téléphoné aux services de secours pour les avertir de son geste. Rapidement arrivés sur place, les policiers l’ont intercepté, il ne leur a pas opposé de résistance. Les ambulanciers, eux, n’ont rien pu faire pour sauver Delphine Purnelle. Sa mère, elle, était emmenée dans un état grave à la clinique Saint-Pierre d’Ottignies où elle a été opérée lundi matin. Son état était toujours jugé préoccupant, hier soir.

Le laboratoire de la police scientifique est descendu sur les lieux pour tenter de déterminer les circonstances du drame, qui restent très floues.

Hier soir, Hassan Ben Ammar devait toujours être entendu par le juge d’instruction en charge de l’affaire. Selon ses premières explications, la dispute aurait éclaté car Delphine consommait des produits stupéfiants. Un mandat d’arrêt devait être décerné dans la foulée de son audition à l’égard d’Hassan pour chef d’homicide volontaire.

À noter que le drame se serait joué en présence du jeune enfant du couple, âgé de 13 mois. Lequel aurait été accueilli dans la famille. Il aurait été témoin de la scène.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be