Les voleurs s’engraissent avec la friture

6 % des restaurants et friteries sont victimes de vols de graisse.

Arnaud Goenen
Fritkot - frites - friture - friterie - huile
Fritkot - frites - friture - friterie - huile ©christophe bortels

6 % des restaurants et friteries sont victimes de vols de graisse


Elle est grasse, visqueuse et elle pue. Pourtant, visiblement, la graisse de friture séduit de plus en plus de le cœur des voleurs. En témoigne la dernière enquête du Syndicat Neutre des Indépendants (SNI) qui a sondé 353 restaurants et friteries : 6 % de ces établissements se sont, au cours de ces douze derniers mois, fait voler leur graisse de friture, souvent entreposée à l’arrière sans surveillance.

Si ce phénomène est relativement nouveau dans notre pays, il prend néanmoins de l’ampleur. En cause, l’essor du biodiesel, produit en grande partie avec les graisses usagées récupérées par des sociétés qui se chargent de les recycler. Le succès du carburant a fait grimper le prix du déchet.

La moitié seulement des restaurateurs et frituristes qui sont victimes de vol de graisse contactent la police, qui ne sait malheureusement pas faire grand-chose. Pourtant, une plainte est toujours utile sous peine pour le restaurateur de ne pas pouvoir prouver qu’il a recyclé les graisses usagées et de risquer de se faire accuser de les jeter dans des décharges illégales.

Dans notre pays, ce sont quelque 36.000 tonnes de graisses et huiles qui sont écoulées sur le marché pour des utilisations professionnelles. En 2012, 60 % de ces graisses et huiles ont été récupérées par des sociétés spécialisées.

En donnant leurs graisses et huiles usagées, les exploitants de restaurants et de friteries touchent désormais un petit montant, depuis qu’elles sont récoltées pour être transformées en carburant.

57 % des exploitants de restaurants et de friteries ont pris des mesures pour éviter ces vols, notamment en entreposant les emballages, souvent à l’arrière de leur commerce, dans des locaux désormais fermés.

Après la grivèlerie, le vol de graisse de friture usagée est la deuxième forme de criminalité qui touche spécifiquement le secteur horeca.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be