"La vente de gilets pare-balles multipliée par 5"

Les fabricants et vendeurs belges croulent sous les demandes provenant des services de police mais aussi de simples citoyens.

L. N. (avec L. Sa)
"La vente de gilets pare-balles multipliée par 5"

Les fabricants et vendeurs belges croulent sous les demandes provenant des services de police mais aussi de simples citoyens.

Depuis de nombreuses années, les policiers tapent du poing sur la table pour obtenir des gilets pare-balles. Le gouvernement écoute leurs aspirations d’une oreille distraite. Mais depuis les attentats en France et le démantèlement de cellules terroristes à Verviers et à Bruxelles, la situation a complètement changé. "Les ventes ont quintuplé depuis les attaques" , déclare Rik Van Bruwaene, du magasin d’accessoires de survie et de défense FSDIP de Roulers. "Les demandes viennent essentiellement de la police ou d’agents de sécurité. Pour certains modèles, il y a maintenant une période d’attente de plusieurs semaines."

Il existe en effet différents types de gilets : ceux pour protéger des coups de couteau, ceux qui bloquent les balles de petit calibre ou encore les gilets qui permettent de survivre à un tir de kalachnikov.

Quels sont les gilets les plus vendus ? Rik Van Bruwaene ne le dira pas. "Je pense que c’est plus sûr que personne ne sache quels types de gilets pare-balles sont les plus portés. Mais je peux vous affirmer que les gilets sont produits à un rythme infernal."

Kristof Daels, qui travaille à Ardooie pour le fabricant de vêtements de protection Sioen Armour Technology, confirme. "Nous recevons beaucoup de demandes de devis de services de la police locale belge. La demande est vraiment importante. Et aussi du côté de la France. Pour les attaques, les autorités locales françaises nous ont demandé de livrer 5 ou 10 gilets pour les nouveaux agents. Aujourd’hui, il est question de commandes de 200 ou 300 pièces. Et rapidement ! La question qui est inlassablement posée aux fabricants comme Sioen Armour Technology : avec quelle rapidité la livraison pourra-t-elle être faite ?"

Les policiers ne sont pas les seuls à vouloir obtenir le plus rapidement possible des gilets pare-balles. Les particuliers frappent aussi à la porte des vendeurs et fabricants. "Principalement des gens qui, pour des raisons professionnelles, pourraient être victimes d’agressions. Je parle de docteurs dans les services d’urgence ou même des pompiers. Et aussi des agents de sécurité privée, oui."

Même de simples citoyens se mettent en quête de gilets pare-balles. En théorie, il est possible d’en acheter sans trop de difficulté.

La seule condition : signer un document dans lequel il est affirmé que le gilet ne sera pas utilisé à des fins terroristes. "Oui, les individus peuvent acheter une veste comme ça, mais actuellement nous donnons la priorité au personnel de la fonction publique et de la sécurité", ajoute encore Kristof Daels.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be