Le bourgmestre de Lasne a couvert un pédophile !

Des milliers d’images " écœurantes" de jeunes hommes mais aussi les photos de nombreux mineurs à qui le sexagénaire délivrait des permis provisoires découvertes dans son ordinateur de bureau… La version du bourgmestre ff ne tient pas la route.

Didier Haine, A. U. et Ju. B.
Le bourgmestre de Lasne a couvert un pédophile !
©DH

Des milliers d’images " écœurantes" de jeunes hommes mais aussi les photos de nombreux mineurs à qui le sexagénaire délivrait des permis provisoires découvertes dans son ordinateur de bureau…

Un employé communal sur qui pèsent de graves soupçons de pédophilie et qui travaillait depuis 36 ans au sein de la commune de Lasne vient d’être licencié en toute discrétion sans que l’affaire ne soit même préalablement portée à la connaissance de nos autorités judiciaires.

Prénommé Jean-Paul, le sexagénaire s’y occupait, notamment, de délivrer des permis de conduire, des passeports mais aussi des certificats de bonnes vie et mœurs.

Selon nos infos recoupées à bonnes sources, de multiples plaintes ont permis de découvrir le pot aux roses. Ces plaintes émanaient de parents dont les enfants avaient eu affaire à Monsieur Jean-Paul lors de la délivrance de leurs permis provisoires. "Il avait un comportement malsain à leur égard et se montrait même entreprenant", résument des témoins.

Officieusement alerté des faits, le bourgmestre faisant fonction, Pierre Mevisse (MR), avait récemment diligenté une enquête interne. Laquelle a consisté en une analyse approfondie de l’ordinateur de l’intéressé et permis - toujours selon nos infos recoupées à bonnes sources - de découvrir non seulement "des milliers d’images écœurantes de jeunes hommes dans des positions suggestives mais également de nombreuses photos d’identité de mineurs à qui l’employé communal avait délivré un permis de conduire provisoire de cyclomoteur ou voiture sans permis"

Résultat ? Pierre Mevisse a décidé dans la foulée de procéder au licenciement sec de Monsieur Jean-Paul. S’en référant à quelques-uns de ses proches qu’il avait mis dans la confidence, le bourgmestre ff est ainsi parvenu jeudi passé à faire signer à son employé communal "une rupture de contrat d’un commun accord". Il aurait fait passer la pilule à Monsieur Jean-Paul, qui n’était plus qu’à trois ans de sa pension, en lui faisant croire qu’il allait pouvoir prendre sa prépension !

Réinterrogé ce jeudi par La DH à ce propos, le bourgmestre ff de Lasne, Pierre Mevisse, nous a répondu qu’il n’avait "pas de commentaires" à faire. Un silence qui en dit long puisque le politicien nous avait, deux jours auparavant, affirmé avoir procédé à ce licenciement en raison d’une "restructuration économique" (lire par ailleurs).

Quant à savoir pourquoi le bourgmestre ff a pris le risque (lire par ailleurs) de licencier un présumé pédophile sans juger nécessaire d’avertir au préalable nos autorités judiciaires… Parce que Pierre Mevisse aurait d’abord voulu s’assurer de la culpabilité de Monsieur Jean-Paul avant de le jeter en pâture à nos autorités judiciaires et non pas, comme d’aucuns le pensent, pour éviter que sa commune ne soit éclaboussée par un scandale.

Également contacté par nos soins à de multiples reprises, l’intéressé, qui vit seul avec son grand frère, n’a pas souhaité répondre à nos questions. "Les doutes sur sa déviance ne dataient pas d’hier. On s’était déjà posé des questions lorsqu’il avait entretenu une liaison avec Ludovic, un huissier de plus de trente ans son cadet qui travaillait aussi pour la commune. Monsieur Jean-Paul faisait ménage à trois avec le jeune homme, sa compagne et leur enfant en bas âge qu’il allait d’ailleurs régulièrement conduire et chercher à l’école. Suite à cette relation pour le moins surprenante, une enquête interne avait déjà été menée mais elle n’avait pas abouti à l’époque", se souviennent à cet égard des témoins.

Précisons que le jeune huissier dont il est question, Ludovic, a voulu tuer sa compagne l’année passée parce qu’elle avait décidé de rompre. Il a tenté de lui tirer dessus, avant de se faire prendre en chasse par la police et de mettre fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête.

Le bourgmestre de Lasne a couvert un pédophile !
©DR



La version du bourgmestre ff ne tient pas la route

Bourgmestre faisant fonction suite à l’indisponibilité pour maladie de Laurence Rotthier, Pierre Mevisse a été contacté par nos soins mardi après midi afin de donner sa version suite aux rumeurs qui circulent au sein de sa commune.

Ce jour-là, mardi donc, Pierre Mevisse nie fermement les allégations et livre son explication, officielle. "Avec l’intéressé, nous sommes arrivés à un accord. Il accepte de mettre un terme à son contrat de travail, il s’agit d’une décision de commun accord. Cela fait suite à une réorganisation du service à trois ans de la pension de l’employé."

Bourgmestre ff, Pierre Mevisse évoque alors les faits dont nous avons eu connaissance en veillant à rappeler qu’une "rumeur est une rumeur. En tant que bourgmestre ff et donc chef de la police, si j’avais connaissance de détention d’images pédopornographiques, je n’aurais pas proposé de mise à terme de son contrat mais j’aurais avisé les autorités judiciaires pour qu’elles prennent leurs dispositions ! Mais ces images, je n’en ai pas connaissance. Chacun est donc libre de supputer…".

Pierre Mevisse s’explique dès lors sur la situation et, donc, le départ d’un employé après 36 années de bons et loyaux services. "J’ai dû réorganiser mes services. J’ai donc pris mes dispositions et responsabilités. D’habitude, on licencie le dernier arrivé. Ici, à trois ans de la retraite, on a jugé utile de faire de la sorte. On a convenu qu’il y avait sûrement de belles choses de mieux à faire ces trois dernières années que de les prester à l’administration communale."

Le bourgmestre ff a également justifié l’accord amiable intervenu au sujet des effets de l’employé. C’est que la décision est tombée rapidement, fin de semaine passée avec… effet immédiat. De la sorte, ce mardi matin, des ouvriers communaux ont été priés de vider le bureau de l’intéressé et de ramener chez lui, à Braine-l’Alleud, les affaires appartenant à l’employé qui a "mis un terme" à sa carrière. "Nous avons beaucoup de respect pour notre personnel. Il avait accumulé beaucoup d’effets forcément, après 36 années passées chez nous. On lui a donc proposé de ramener ses affaires chez lui pour lui faciliter la tâche."

Jeudi, après avoir réalisé notre enquête, sur base des nouveaux éléments, nous avons recontacté Pierre Mevisse pour qu’il puisse réagir. Le bourgmestre ff s’est borné en insistant sur le fait qu’il ne comptait plus faire aucun commentaire.

Le bourgmestre avait obligation de dénoncer

Être bourgmestre d’une commune et ne pas dénoncer un crime ou délit parvenu à sa connaissance peut coûter cher. En droit belge, l’article 29 du code criminel impose à tout détenteur de l’autorité publique - donc un bourgmestre - de "donner avis sur-le-champ au procureur du Roi près le tribunal dans le ressort duquel ce crime ou délit aura été commis" , est-il précisé.

En tant que chef de la police, Pierre Mevisse était d’autant plus forcé de rapporter ce genre de faits. Cependant, cette obligation faite aux officiers publics n’est pas passible de sanction pénale, mais de sanctions disciplinaires.

C’est un autre article, du code pénal, qui précise ce que risquerait le bourgmestre de Lasne faisant fonction.

L’article 422 bis, qui régit la non-assistance à personne en danger, rapporte qu’est passible d’une peine de huit jours à un an de prison "celui qui s’abstient de venir en aide ou de procurer une aide à une personne exposée à un péril grave". La peine maximale est portée à deux ans si la personne exposée est "mineure d’âge". Ce qui est naturellement le cas en matière de viol et attouchements sur mineurs.

Peut-on pour autant "venir en aide" à un mineur abusé sur vidéo ? Ce point peut faire débat et devrait être évoqué devant un tribunal, si le bourgmestre devait être renvoyé devant un juge du siège.

Edouard Capaert (Opposition ALL):  "Un employé très connu, très poli…"

"C’est surprenant. Je n’ai pas entendu parler de ce fait. Il me semble que pour ce type de départ, c’est le conseil communal qui devrait décider. Après, selon la gravité des faits indiqués, le débat serait à huis clos et on ne pourrait en effet pas s’exprimer à ce propos… Mais entendre dire qu’il y a réorganisation, alors que nous avons eu un conseil communal le 24 février dernier où il n’a pas été du tout question de cela… Il est évident que s’il s’agit d’un commun accord entre l’employé et la commune, il y a alors un motif derrière cela. Mais personnellement, je ne connais pas l’argument. Je suis surpris car cet employé est une personne très connue. Son départ est inattendu mais cela risque de se décanter d’un jour à l’autre. On ne se sépare pas de quelqu’un après 36 ans ainsi. Ce genre de décision du bourgmestre ff ne peut en tout cas être prise sans en référer à la bourgmestre en place. Vous savez, la commune, c’est comme une entreprise. Parfois on doit se séparer de son personnel. Mais là, ce n’est certainement pas une réorganisation et encore moins que l’employé avait envie de partir. Cela, je n’y crois pas ! C’est un employé très connu, extrêmement aimable, très poli… Maintenant, s’il y a vraiment eu accord aimable, le bourgmestre ff n’était pas obligé d’en parler et d’informer les membres du conseil communal…"


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be