La vidéo effrayante d'un pharmacien attaqué à Bruxelles: "Il a essayé de me trancher la main"

Découvrez en exclusivité la vidéo de ce sanglant braquage de pharmacie déjoué grâce à une incroyable solidarité.

D. Ha.

Découvrez en exclusivité la vidéo de ce sanglant braquage de pharmacie déjoué grâce à une incroyable solidarité.

La pharmacienne du boulevard d’Ypres, à Bruxelles, a subi son troisième braquage en neuf mois pas plus tard que mercredi dernier. Il était 18 h 30 lorsqu’un toxicomane en liberté conditionnelle - Ali, 43 ans - s’est présenté pour braquer notre victime - Marina, 55 ans - non sans grièvement la blesser au passage. L’intéressé a d’abord fait mine de vouloir acheter une boîte de Dafalgan et une autre de Nurofen. Puis, il a sorti son grand couteau de cuisine ultra-tranchant - parce qu’en céramique - et il a enfilé sa capuche pour exiger cette fois la caisse et du… Rohypnol !

"Je lui ai répondu que je n’en avais pas. J’ai levé la main vers le comptoir pour aller dans le tiroir-caisse et faire semblant de lui donner de l’argent tout en poussant sur le bouton pour actionner l’alarme et c’est là qu’il a fait un geste pour essayer de me trancher la main", raconte Marina. "Il m’a sectionné deux artères, deux tendons du pouce, un double nerf et à plusieurs reprises un simple nerf qui relie la main au bras. Le sang giclait comme l’eau d’une fontaine. J’ai cru qu’il allait me tuer. J’ai eu un éclair de lucidité. Je suis sortie de la pharmacie en criant Au secours, Au secours, Braquage. "

La suite ? Visiblement bien défoncé, Ali s’est servi lui-même dans la caisse - pour un butin d’une centaine d’euros tout au plus - avant de sortir comme si de rien n’était, les mains dans les poches, sans presser le pas. "Il y a eu une solidarité incroyable. Des dizaines de voisins me sont venus en aide. Ils ont sauté sur le braqueur et l’ont immobilisé en attendant l’arrivée de la police. Après mon second braquage, l’un d’entre eux m’avait dit : ‘ Madame, la prochaine fois, tu sors, tu cries, on te l’attrape, tu ne seras plus agressée’ ."

Et de souligner : "Ils étaient tous là : les Marocains, les Roumains, les Grecs. Ils étaient au moins une cinquantaine. Ils m’ont immédiatement amené une chaise et m’ont fait un garrot. Ils ont appelé mon mari, ma patronne, les secours. Ils ont ensuite pris de mes nouvelles. J’ai reçu un immense bouquet de fleurs. Ils sont ma seconde famille. Cela m’a vraiment fait chaud au cœur. Lorsque quelqu’un est victime : il faut l’aider, il faut intervenir, il ne faut pas rester indifférent. Si on veut régler le problème, il faut être solidaire."

La vidéo effrayante d'un pharmacien attaqué à Bruxelles: "Il a essayé de me trancher la main"
©DR


Hier, Marina a pu quitter l’hôpital à l’issue de son opération chirurgicale. Elle est en incapacité de travail pour au moins deux mois. Elle pourrait ne pas récupérer l’usage de son pouce. "Je ne m’étais toujours pas remise de mon second braquage. J’étais encore suivie une fois par semaine par un psychiatre pour le choc post-traumatique. Et maintenant, je me retrouve en plus avec une main vraiment amochée. Je ne me sens pas en superforme mais je ne réalise pas encore. Je ne sais pas dans quel état je serai dans quelques jours."

Son braqueur multirécidiviste, Ali, a quant à lui refusé de répondre aux questions des policiers. Il a été mis à disposition du parquet de Bruxelles et placé sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction Michel Claise.

Il était déjà bien connu de la justice et notamment dans le cadre d’un dossier où il y a eu mort d’homme mais le parquet de Bruxelles n’était hier pas en mesure de préciser l’information.

La vidéo effrayante d'un pharmacien attaqué à Bruxelles: "Il a essayé de me trancher la main"
©DR


Un pharmacien sur deux prêt à changer de métier

L’année passée, il y a eu 95 braquages dans des pharmacies en Belgique dont quarante rien qu’à Bruxelles !

Le profil des auteurs le plus fréquemment rencontrés est le suivant : des baby braqueursprêts à mettre une arme à feu contre la tempe ou une lamme sous la gorge de leur victime si ça peut leur rapporter 1.000 €.

Cependant, il faut savoir que seuls 9 des 95 braquages de l’année 2014 ont permis d’engranger une telle somme, le butin s’avérant en règle générale nettement moins rentable : 100 à 300 € ! Il faut également savoir que le taux d’arrestation des auteurs tourne actuellement autour des 25 % et pourrait bien grimper jusqu’à 45 % cette année d’après les pronostics policiers les plus optimistes.

Selon une enquête de l’Association pharmaceutique belge (APB) réalisée en 2015 auprès de 677 pharmaciens, 66 % d’entre eux ont déjà été victimes d’un braquage et 49 % envisagent même de changer de métier si cela se répète.

En collaboration avec les polices fédérales et locales, des séances d’information sont actuellement organisées par l’APB pour distiller des conseils de sécurité auprès des pharmaciens du pays. Les prochaines se dérouleront le 24 novembre à Mons, le 1er décembre à Bruxelles et le 14 décembre à Liège.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be