L'avocat de Fayçal Cheffou attaque Yvan Mayeur: "C'est gravissime" (VIDEOS)

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles avait déclaré mardi sur France Inter qu'il regrettait la décision de la justice belge de remettre Fayçal Cheffou en liberté. L'avocat de ce dernier a réagi.

Rédaction en ligne

Lundi, la justice belge a libéré le seul homme inculpé pour les attaques bruxelloises, Fayçal Cheffou, qui s'est avéré ne pas être le troisième poseur de bombe de l'aéroport, recherché depuis une semaine. (Tous les détails ici)

Sur les antennes de France Inter, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur avait déclaré mardi regretter cette décision. Une prise de position qui n'a guère plu à l'avocat de Fayçal Cheffou, Me Olivier Martin, qui a réagi ce mercredi matin sur RTL. "C'est gravissime par rapport à la séparation des pouvoirs." L'avocat n'en revient pas qu'"une personne telle que Monsieur Mayeur, c'est-à-dire le bourgmestre de Bruxelles, vienne critiquer la décision d'un juge d'instruction alors qu'il ne connaît rien au dossier car il n'a accès à rien."

Et Me Martins d'ajouter: "Si un juge d'instruction tel que Monsieur De Coster, qui est un magistrat de très haut niveau, prend la décision de remettre en liberté dans une affaire pareille, M. Mayeur devrait réfléchir à la portée de ses propos car les indices de culpabilité ont été complètement affaissés. C'est inconcevable que dans un Etat de droit, le bourgmestre de Bruxelles, avec les fonctions qu'il occupe et qu'il a occupées par le passé, fasse des déclarations pareilles. Je le renvoie au respect de la loi et à la présomption d'innocence."


Fayçal aurait déclaré au juge d'instruction: "Je suis contre Daech"

Interrogé sur le profil de son client et l'éventuel recrutement fait par Fayçal Cheffou parmi les réfugiés, Me Martins déclare: "On ne place pas des gens en prison parce qu'ils ont un profil particulier. Il a fait partie d'une association où il aidait les réfugiés syriens. Je n'ai pas tous les détails puisque je ne me suis pas occupé de ce dossier-là, mais ce que je sais c'est que lorsqu'il est arrivé chez le juge d'instruction, il a clairement dit: 'J'ai aidé des réfugiés syriens, je suis contre Daech et j'ai aidé des personnes qui fuyaient le régime de Daech'. Et cela, ça ne me semble par répréhensible en soi. C'est son droit le plus strict".



Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be