Les membres du Négatif Clan nient avoir forcé des filles à se prostituer

La police a dû intervenir en fin d'audience suite à des mouvements de contestation d'amis des prévenus présents dans la salle.

belga
Les membres du Négatif Clan nient avoir forcé des filles à se prostituer
©dr

Une dizaine de membres du Négatif Clan, une bande urbaine connue aussi pour être un groupe de rap, ont comparu jeudi, sous haute surveillance policière, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Ils doivent répondre entre autres de viol, d'incitation à la débauche, d'exploitation de la débauche et d'extorsions. Jeudi, les prévenus ont nié avoir forcé des jeunes filles à se prostituer et avoir récolté les gains de leur débauche. Par ailleurs, la police a dû intervenir en fin d'audience suite à des mouvements de contestation d'amis des prévenus présents dans la salle. La plupart des prévenus ont contesté les faits d'incitation à la débauche et d'exploitation de la débauche d'autrui, et un seul a reconnu avoir fait partie d'une organisation criminelle.

Par ailleurs, si certains ont reconnu avoir incité certaines filles à se prostituer, ils l'ont contesté concernant de nombreuses autres.

Au total, seize personnes sont prévenues dans cet important dossier, lourd de 17 cartons, concernant un réseau de prostitution.

Une quinzaine de jeunes filles avaient déclaré avoir été forcées à se prostituer pour le compte de membres du Négatif Clan, une bande urbaine basée dans le quartier Yser à Bruxelles, connue pour divers méfaits, mais qui est aussi un groupe de rap.

Elles avaient ainsi désigné plusieurs membres de la bande comme étant leurs "papas", ce qui signifie, selon l'accusation, leurs proxénètes. "Chacun gérait ses filles comme il voulait", avait notamment dit un prévenu durant l'enquête.

Néanmoins, une seule de ces victimes s'est constituée partie civile au procès.

Egalement, parmi les seize prévenus figurent des jeunes femmes qui, elles aussi, s'étaient prostituées pour le compte de membres de cette bande. Mais celles-ci avaient participé avec eux à des extorsions d'argent à leurs clients.

Selon l'enquête, des membres de Négatif Clan inscrivaient des jeunes filles sur le site Web "Quartier rouge", où des prostituées proposent leurs services. Ils les forçaient ensuite à se prostituer et s'appropriaient leurs gains.

De plus, ces jeunes hommes sont soupçonnés d'avoir dépouillé des clients que les filles devaient faire venir dans des appartements de membres du clan. Certains clients avaient été battus et séquestrés afin qu'on leur extorque argent et codes bancaires.

En outre, ces jeunes proxénètes sont soupçonnés d'avoir violé, séquestré et battu des filles qu'ils faisaient travailler pour leur compte.

D'après la déclaration d'une victime, les activités illicites du Négatif Clan sont réparties en différentes branches: l'une organise la vente de cannabis en rue, une autre organise des vols, notamment de cartes de crédit, et une autre encore, appelée "magie", est celle qui organise la prostitution. Dans celle-ci, les proxénètes étaient appelés "magiciens" et les appartements où les filles recevaient des clients étaient appelés les "sanctuaires". Selon cette victime, chaque branche est dirigée par un membre du clan.

L'enquête avait débuté en août dernier suite à l'appel de la maman d'une des victimes. La jeune fille avait supplié l'un de ses clients de téléphoner à sa mère et de lui dire qu'elle était séquestrée, violentée et forcée de se prostituer. De multiples perquisitions avaient ensuite été menées dans plusieurs endroits de Bruxelles avec l'appui des unités spéciales de la police. Une quinzaine de membres de Négatif Clan avaient été appréhendés dans des appartements à Molenbeek-Saint-Jean, Anderlecht, Evere, Laeken et Etterbeek.

Le procès se poursuivra vendredi avec la plaidoirie de la partie civile et le réquisitoire de la procureur, annoncé pour une durée de cinq heures. La procureur a également prévu de projeter des vidéos, susceptibles de démontrer quelle est la dynamique du Négatif Clan.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be