Alfie Patten, de "plus jeune père du Royaume-Uni" à 13 ans à l'alcoolisme et la délinquance à 23 ans

Alfie Patten avait tout juste 13 ans lorsque sa petite amie Chantelle Stedman, 15 ans, accouchait de la petite Maisie.

Ma.P.
Alfie Patten, de "plus jeune père du Royaume-Uni" à 13 ans à l'alcoolisme et la délinquance à 23 ans
©YOUTUBE

Alfie Patten avait tout juste 13 ans lorsque sa petite amie Chantelle Stedman, 15 ans, accouchait de la petite Maisie. 


Alfie fit alors les unes de tous les tabloïdes, il fut surnommé le "plus jeune père du Royaume-Uni", et provoqua même un débat national sur la moralité des adolescentes enceintes. Quelques temps plus tard, un test ADN révéla qu'il n'était pas le père biologique de l'enfant. Il s'agissait en réalité d'un ami à lui, âgé de 15 ans. Mais sa vie en fut bouleversée, au point qu'il se retrouve désormais régulièrement sur des bancs des accusés. La dernière fois très récemment.

"Je voudrais avertir tous les gars qui ont 12 ou 13 ans de ne pas faire la même erreur. Cela a ruiné ma vie", déclarait-il au Sun alors qu'il avait 18 ans. "A chaque fois que je vais dans un bar, quelqu'un m'aborde. Je reçois aussi des milliers de messages sur Facebook. C'est fou que les gens s'intéressent tant à moi." il avouait également avoir souffert de dépression à la suite du test de paternité.

Depuis, le jeune homme, aujourd'hui âgé de 23 ans, ne parvient pas à mener une vie normale et est même tombé dans l'alcoolisme et la délinquance. Déjà condamné à une peine de 24 mois de prison avec sursis pour vol et possession d'une arme factice, Alfie Patten comparaissait mercredi devant le tribunal de Lewes Crown. Le 11 juillet dernier,, alors qu'il était saoul, il s'est mis à crier et insulter une personne âgée, avant d'endommager des véhicules dans la rue. 

Son avocate a défendu sa cause en expliquant qu'il s'agissait "d'un jeune homme conscient des enjeux. Il veut s'améliorer pour devenir normal et trouver la paix plutôt que de poursuivre ce comportement chaotique et destructeur qui est dangereux pour sa santé."

L'argument a été entendu par la juge, qui a estimé que la prison ne lui serait d'aucune aide. Elle a prononcé une peine d'un mois et une semaine avec sursis.

Dans la salle d'audience se trouvaient la mère et la sœur d'Alfie, envers qui la juge a eu un petit mot. "Il n'y a pas beaucoup de monde dans votre position qui aurait eu ce support familial", a-t-elle prévenu. 

Espérons que le jeune homme saisisse cette nouvelle (dernière?) chance avant la case prison...





Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be