“Jennifer la Belge” retrouvée morte en Norvège: le mystère de l’inconnue de la chambre 2805

Ultime tentative de percer l’identité de "Jennifer la Belge" trouvée morte par balle dans un hôtel en Norvège.

“Jennifer la Belge” retrouvée morte en Norvège: le mystère de l’inconnue de la chambre 2805
©D.R.

Ultime tentative de percer l’identité de "Jennifer la Belge" trouvée morte par balle dans un hôtel en Norvège.

Cet article est la dernière chance d’identifier "Jennifer" et d’élucider un mystère vieux de 25 ans. En 1995 une jeune femme a été trouvée morte, par balle, dans une chambre d’hôtel en Norvège, le Radisson Blu Plaza Oslo. Elle s’y était enregistrée sous le nom "Jennifer Fergate", 21 ans, Belge résidant rue de Stehde 141 à Verlaine. Sauf que la rue de Stehde n’existe pas et que personne ne s’appelle Fergate en Belgique : qui était "Jennifer", l’inconnue de la chambre 2805 ?

Au portrait de cette jolie femme s’ajoutent ces précisions : yeux bleus, coupe courte à la mode, 1 m 59 et 67 kg. Elle portait une montre de plongée, une bague en or au majeur de la main droite et une autre à l’oreille gauche. Elle a déclaré à l’hôtel avoir 21 ans mais avait probablement environ 30 ans avec 5 ans de marge d’erreur (et serait donc née vers 1965).

Ni la description ni les empreintes n’ont parmis à Interpol de l’identifier. Elle a mentionné la présence d’un homme, "Loïs Fergate". La réceptionniste a malheureusement oublié de demander une pièce d’identité et n’a donc rien vérifié.

"Jennifer" a indiqué travailler pour une société Cerbis : aucune société de ce nom.

Quant à l’adresse, Verlaine peut renvoyer à Verlaine près de Neufchâteau ou à Verlaine-sur-Ourthe près de Durbuy, mais elle ajoutait le code postal 7968 qui ne correspond pas et ne correspond pas non plus à Verlaine près de Seraing où il n’y a d’ailleurs pas de rue de Stehde. Stehde existe en Allemagne, près de Siegen.

Mais il y a forcément un lien avec la Belgique. "Jennifer" n’a pas inventé "Verlaine". On sait qu’on a essayé deux fois d’appeler en Belgique depuis sa chambre, les deux fois à des numéros fixes avec préfixes renvoyant à Jemeppe.

Jennifer était arrivée le mercredi vers 22 h 40. Elle quitte vite sa chambre, à 0 h 34, et ne serait revenue que le vendredi à 8 h 50 et a alors accroché à sa porte un panneau "Ne pas déranger".

Le panneau n’ayant pas été retiré, la sécurité s’inquiète le samedi vers 19 h 50. Un agent frappe à la porte et quelques secondes après, entend un coup de feu. À 20 h 04, le superviseur décide d’ouvrir et la trouve allongée sur le lit, une balle dans le front et un pistolet dans la main droite, un Browning FN 9 mm produit en 1991 ou 1992 à Herstal. Le numéro de série a en partie été effacé, une pratique du milieu criminel. C’est la femme en noir. Tout, slip, soutien-gorge et jusqu’aux escarpins, est noir.

Et ce n’est pas fini. Elle tient le FN à l’envers et il n’y a pas d’empreinte digitale sur l’arme ni de trace de poudre sur la main. Où sont ses affaires de toilette ? On ne trouve pas de brosse à dents ni son rouge à lèvres mais curieusement un parfum homme, un Ungaro. Autre mystère : toutes les étiquettes de marque ont été retirées des vêtements. Pas de clés, ni de voiture ni de maison. Pas de sac à main. Où sont passés ses bagages ? Pas d’argent. Et aucune pièce d’identité. Par contre à côté du lit, une mallette avec 25 cartouches Winchester 9 mm à ajouter aux 7 dans le chargeur. Si "Jennifer" est venue en Norvège par avion, elle ne pouvait pas passer ainsi la sécurité des aéroports. Détail troublant encore, un Belge, un Bruxellois qui n’a rien vu ni rien entendu occupait la chambre 2804, en face de la sienne.

Une agent sous couverture ? Une escort ? Une criminelle ? Nous avons tous une famille. Pas elle. Personne ne s’est manifesté depuis le 3 juin 1995. C’est, ici, l’ultime chance. Toute information est bienvenue : gilbert.dupont@dh.be

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be