Enfants pleurnichards séparés, lit peu sécurisé, mauvaises conditions d'hygiène: une femme condamnée pour maltraitance continuait à exploiter une crèche

Une Anversoise condamnée l'an dernier pour maltraitance de jeunes enfants a pu néanmoins continuer sans problème à exploiter sa crèche.

Enfants pleurnichards séparés, lit peu sécurisé, mauvaises conditions d'hygiène: une femme condamnée pour maltraitance continuait à exploiter une crèche
©SHUTTERSTOCK

Les parents n'étaient au courant de rien jusqu'en début de semaine passée, écrit vendredi le quotidien Het Laatste Nieuws. Lundi dernier, les parents ont reçu une lettre de Kind en Gezin, l'équivalent en Flandre de l'ONE, qui les informaient de la fermeture pour deux mois de la crèche accueillant leur enfant "afin d'éviter que la sécurité et la santé des enfants ne soient mises en danger". Plusieurs justifications étaient avancées et notamment la condamnation de la gérante pour négligence et maltraitance d'enfants en janvier 2021.

Condamnée pour des faits remontant à 2017 et 2018, elle a toutefois pu continuer à travailler car cette condamnation n'a pas entraîné le retrait de sa licence pour la crèche. Selon le journal flamand, cette situation est liée à une question juridique. La cour d'appel n'a en effet condamné que la gérante en personne, sa société restant hors de cause. Un état de fait qui aurait rendu plus difficile la fermeture immédiate de l'établissement.

L'action finalement entreprise par Kind en Gezin la semaine dernière est sans doute induite par une nouvelle plainte introduite le 20 février. Celle-ci mentionne notamment que les enfants de cette crèche pleurant beaucoup sont placés dans une pièce séparée où ils sont laissés seuls. Il est aussi fait état d'un lit trop peu sécurisé, de conditions d'hygiène laissant à désirer et du fait que les parents soient laissés dans l'ignorance de certains incidents.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be