Deux tiers des attaques subies en Belgique avec rançongiciel sont le fait de russes

Au moins 83 cibles belges ont été visées par un rançongiciel ou ransomware l'année passée, et dans la majeure partie des cas, les individus à l'origine de ces cyberattaques étaient des criminels russes, rapporte De Standaard lundi, citant le centre pour la cybersécurité (CCB)

Belga
Deux tiers des attaques subies en Belgique avec rançongiciel sont le fait de russes
©Shutterstock

"Environ deux tiers des cas de rançongiciel sont probablement le fait des groupes russes", affirme Miguel De Bruycker, directeur du CCB. "En raison du conflit en Ukraine, notre département de recherche sur la cyber menace et le partage d'information (Cytris pou Cyber Threat Research and Intelligence Sharing, NDLR) suit cela avec davantage d'attention. La guerre a mené à des tensions entre groupe de hackers sur le darkweb. Certains, comme Conti, soutiennent ouvertement le Kremlin. Mais au sein de ces groupes, il y a aussi des divisions. Certains démolissent ou font fuiter la "boîte à outil" et d'autres informations internes de leurs compagnons", explique-t-il.

Alors que la menace va croissante, le CCB s'élargit aussi. Le service, qui dépend de la chancellerie du Premier ministre, emploie désormais environ 50 personnes mais va passer à 85 employés. L'ambition est d'atteindre un staff de 120 personnes. Le service reste petit comparé à la norme européenne.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...