Affaire Jürgen Conings : l'enquête est close

L'enquête sur Jürgen Conings, le militaire aux sympathies d'extrême droite recherché pendant des semaines l'année dernière, est close, selon une information du quotidien Het Laatste Nieuws, confirmée samedi par le parquet fédéral.

Affaire Jürgen Conings : l'enquête est close
©BELGA

Le juge d'instruction en informera le procureur fédéral dans les prochains jours. Ce dernier devrait, selon toute vraisemblance, réclamer l'extinction de la procédure pénale, Conings étant décédé sans qu'il soit question de l'implication d'un tiers. "Mais le magistrat fédéral en charge du dossier va d'abord examiner le dossier en profondeur et ce n'est qu'ensuite qu'il prendra une décision sur la réquisition finale", explique le porte-parole du parquet fédéral.

Le 17 mai de l'année dernière était lancée une opération de grande envergure pour retrouver Jürgen Conings. Le militaire de 46 ans, connu pour ses sympathies avec l'extrême droite, avait dérobé des armes lourdes à la caserne de Leopoldsburg et menacé plusieurs personnes, dont le virologue Marc Van Ranst, quelques jours auparavant.

Le parquet fédéral avait ouvert une enquête pour tentative d'assassinat dans un contexte terroriste et infraction à la loi sur les armes dans un contexte terroriste. Après la découverte du véhicule de Jürgen Conings à l'orée du bois de Dilser, dans le Limbourg, les forces de l'ordre avaient passé le parc national de la Haute Campine au peigne fin. Seul un sac à dos noir avec de la nourriture et des munitions avait été retrouvé à proximité de l'endroit où Jürgen Conings avait garé sa voiture.

Ce n'est qu'un mois plus tard, le 20 juin, que le corps du militaire a été retrouvé par deux cyclistes dans une partie difficile d'accès du bois. Le corps gisait au pied d'un arbre, caché par les fougères. Il est rapidement apparu que l'homme avait mis fin à ses jours.

Les circonstances et le moment précis du décès de Jürgen Conings sont par contre plus nébuleux. Sur son téléphone portable, une application de podomètre suggère qu'il avait encore fait 800 pas le 18 mai mais plus aucun les jours suivants. Mais l'analyse des larves prélevées sur le corps suggère que l'homme aurait pu vivre jusqu'au 9 juin. Les conditions météorologiques qui prévalaient en mai et en juin rendent toutefois cette analyse très incertaine.

"La question de la date exacte du décès était l'une des questions à laquelle l'enquête judiciaire devait encore apporter une réponse", explique le porte-parole du parquet fédéral. "A côté de cela, il y avait la question d'une éventuelle complicité. Le juge d'instruction a maintenant clôturé l'enquête et le magistrat du parquet fédéral va devoir maintenant l'examiner avant de prendre position sur la réquisition finale. La chambre des mises en accusation doit encore mener un contrôle sur les méthodes particulières de recherche qui ont été utilisées dans ce dossier", précise-t-on encore au parquet fédéral.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be