Les propos de l'avocate de Salah Abdeslam ne passent pas: "C’est quelqu’un de très humain, avec qui on peut discuter"

Olivia Ronen est revenue sur le fait d'avoir accepté de prendre la défense de Salah Abdeslam dans le cadre du procès des attentats de Paris.

La Rédaction
Les propos de l'avocate de Salah Abdeslam ne passent pas: "C’est quelqu’un de très humain, avec qui on peut discuter"
©Belga

Ce 6 juin, Yann Barthès recevait sur le plateau de l'émission "Quotidien" Olivia Ronen, l’avocate de Salah Abdeslam, "le seul membre vivant du commando des attentats". Durant cette interview, l'avocate a tenu des propos qui ont suscité l’indignation et l’incompréhension de nombreux internautes. La séquence est survenue alors que l'animateur de télévision demandait à Olivia Ronen si elle avait hésité à défendre Salah Abdeslam. "Je n’ai pas hésité très longtemps parce que j’ai vu qu’il y avait quelque chose à faire, j’ai vu que le contact était bon, contrairement à toutes les idées que l’on avait pu se faire. C’est quelqu’un qui est très humain, quelqu’un avec qui on peut discuter. Et c’est quelqu’un avec qui on peut construire quelque chose", lui a-t-elle répondu.

Visiblement surpris, Yann Barthès lui alors dit qu'il était difficile de l'entendre parler de "quelqu’un de très humain". L'avocate a néanmoins poursuivi en réitérant ses propos. "Et pourtant, et pourtant… Je suis contre les idées toutes faites, qui viennent dire qu’une personne est à exclure de l’humanité, que c’est un monstre, que c’est quelqu’un d’inhumain. Non, je pense que les faits qui lui sont reprochés sont au contraire très humains et que ça amène à les comprendre, à les penser un peu différemment. Quand je dis les comprendre, cela ne veut pas dire les justifier, les légitimer. Mais c’est aussi ce travail de la cour d’assises que de savoir ce qu’il s’est passé pour qu’on en arrive là", a-t-elle affirmé.

La séquence a bien entendu créé la polémique sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont fait part de leur mécontentement. "Indécents, révoltants même", "C'est un monstre", "Ce criminel a participé à un acte de guerre d’une rare barbarie, son avocate contribue à banaliser le mal absolu", peut-on notamment lire sur Twitter.

Le 29 juin prochain nous connaitrons enfin le verdict du procès des attentats de Paris. Les audiences avaient commencé le 8 septembre dernier, s'en étaient alors suivis de longs débats durant plus de neuf mois.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be