L'ancienne directrice de la crèche de Mariakerke, dans laquelle est décédé un bébé, reste en détention

L'ancienne directrice de la crèche 't Sloeberhuisje à Mariakerke (Gand), où une fillette de six mois avait été grièvement blessée en février dernier et avait ensuite succombé à ses blessures à l'hôpital, reste en prison, a décidé jeudi la chambre des mises en accusation de Gand.

L'ancienne directrice de la crèche de Mariakerke, dans laquelle est décédé un bébé, reste en détention
©BELGA

Davina V. avait été inculpée en février dernier d'homicide involontaire mais avait ensuite été libérée sous conditions. Il y a deux semaines, elle a été placée sous mandat d'arrêt pour d'autres chefs d'accusations, dont négligence.

Le bébé de six mois avait succombé le 18 février 2022 à ses blessures, qu'il aurait subies à la crèche. La veille, l'hôpital universitaire de Gand (UZ Gent) avait averti le parquet qu'un nourrisson avait été admis avec un grave traumatisme crânien, occasionné dans des circonstances peu claires. Le bébé avait été hospitalisé en urgence après un appel de la crèche 't Sloeberhuisje.

Un juge d'instruction avait auparavant placé sous mandat d'arrêt Roxan V., le père de la gérante, pour coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner.

D'après l'autopsie, l'enfant présentait le syndrome du "bébé secoué". Roxan V. a démenti avoir malmené la victime. Il ressort de rapports d'inspection concernant la crèche, depuis 2015, que des parents avaient reproché au père de la gérante, qui était accompagnateur dans la crèche, une certaine violence physique envers les petits pensionnaires. Sa fille avait toutefois rejeté ces accusations.

Davina V. a fermé la crèche après le décès du bébé et Kind & Gezin, l'organisme de la petite enfance en Flandre, avait, dans la foulée, supprimé la licence de l'institution, après l'avoir déjà suspendue. L'ex-directrice n'était pas présente au sein de l'établissement lors des faits.

Son avocat a de nouveau demandé sa libération sous conditions jeudi, sans succès. "Ma cliente a toujours respecté les conditions strictes imposées précédemment, nous sommes donc d'avis qu'elle peut être libérée dans l'attente des résultats de l'enquête", souligne Me Han Vervenne. "L'enquête est menée de manière très approfondie et elle a toujours collaboré avec les autorités."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be