Un médecin pourrait avoir inséminé des patientes avec son propre sperme

Un gynécologue, à présent à la retraite, de l'ancien hôpital Sint-Rembert de Torhout (Flandre occidentale), pourrait avoir eu recours à ses propres gamètes pour des inséminations artificielles au cours des années 1980, rapporte jeudi VRT NWS.

Un médecin pourrait avoir inséminé des patientes avec son propre sperme
©SHUTTERSTOCK

L'affaire a débuté lorsqu'un homme, sachant qu'il était né d'une insémination artificielle, a voulu retrouver son père biologique. Il a pour cela recouru aux services d'un détective, spécialiste des recherches par ADN, et a entamé une enquête généalogique. Des recherches se sont également rapidement orientées vers le gynécologue qui avait suivi sa mère.

L'homme a tenté en vain d'obtenir l'ADN du médecin par l'intermédiaire du service de médiation de l'ancien hôpital Sint-Rembert et de l'Ordre des médecins de Flandre occidentale. Il est néanmoins parvenu en 2020 à convaincre des proches parents du médecin de faire un test ADN. Les résultats pointaient davantage en direction du spécialiste de l'infertilité, mais n'étaient pas concluants. Muni de ces nouvelles informations, l'homme a tout de même pu retourner à l'hôpital qui, cette fois, l'a pris au sérieux et a reconnu que de graves erreurs déontologiques et éthiques avaient été commises.

Le spécialiste de l'infertilité a constamment refusé de donner son ADN. Contacté par l'émission "Terzake" de la VRT, il n'a ni confirmé ni infirmé avoir été donneur un jour. "Bien qu'il n'y ait aucune certitude qu'une infraction ait été commise, le médecin inspecteur a transmis le dossier au parquet et à l'Ordre des médecins", a indiqué le cabinet du ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit).

Le parquet de Courtrai a confirmé l'existence d'une enquête à l'encontre du médecin de Flandre occidentale, mais n'a pas souhaité faire de commentaires supplémentaires.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be