Affaires des montres de luxe volées: un jackpot pour les trafiquants anversois

L’ex-parrain de la mafia anverso-géorgienne et son fils arrêtés, suspectés de faire partie d’un vaste réseau international.

Ponciau Sébastien
Affaires des montres de luxe volées: un jackpot pour les trafiquants anversois
©Shutterstock

Le bijoutier anversois Rafael D. (25 ans) vient d’être arrêté à la demande de la police française. Dans sa boutique de la très chic Schuttershofstraat, il aurait "poli", nettoyé pour redonner une apparence neuve des montres de luxe volées afin de pouvoir les revendre par la suite. Son père Rubi, l’ancien "parrain" de la mafia anverso-géorgienne, a également été arrêté.

Tous deux sont suspectés de faire partie d’un réseau international de grande envergure de receleurs, spécialisé dans la revente à grande échelle de montres de luxe volées. Ce réseau a été démantelé dans le Sud de la France. Au total, neuf personnes ont été arrêtées.

Depuis plusieurs années, ce sont des centaines de montres, dont la valeur pouvait varier de 10 000 à 400 000 euros, qui auraient été dérobées, parfois avec violence voire séquestration, dans plusieurs métropoles européennes.

Les voleurs revendaient à moitié prix leur butin au chef présumé de ce réseau, un Corse de 42 ans, qui les écoulait ensuite à prix neuf. Ce dernier faisait appel à des horlogers et bijoutiers, dont Rafael D. Ils s’assuraient de faire disparaître l’origine de ces montres de luxe numérotées et les reconditionnaient dans un emballage, falsifiant ainsi leur traçabilité.

Les montres étaient aussi bien vendues à des clients "de bonne foi" qu’à des narcotrafiquants qui utilisaient les montres pour blanchir de l’argent de la drogue à l’étranger, notamment à Dubaï, en achetant des biens immobiliers.

En tout, 152 montres, 137 000 euros en liquide, 3 véhicules et 3 kg de cocaïne ainsi que des certificats d’authenticité vierges et des pièces détachées aux numéros de série non visibles ont été trouvés, dissimulés en France et en Belgique.

Dans les années 1990, Rubi D. était considéré comme l’un des "parrains" de la mafia géorgienne, qui dirigeait à Anvers le Falcon Square, inondé de produits contrefaits. Après que la police a chassé la mafia de la place, Rubi D. et son frère se sont livrés à d’autres moyens de contrebande de produits contrefaits et de fraude à la TVA. En 2011, ils ont été condamnés à 15 mois de prison. Le tribunal a alors déclaré 9,5 millions d’euros d’avoirs criminels confisqués. Rafael D. a ensuite été impliqué dans des affaires de contrebande de cigarettes et dans la vente d’or volé par des Tchétchènes à des marchands d’or. Aujourd’hui, le père D. dirige une entreprise dans le quartier du diamant, spécialisée dans les montres et les bijoux.

Les montres de luxe, Rolex en tête, sont depuis longtemps très populaires, tant auprès des personnes devenues riches légalement que dans les milieux criminels. Depuis des années, elle font leur apparition dans le milieu, non seulement parce que les maffieux adorent les porter pour exhiber leur richesse, mais aussi comme moyen de paiement plus facile et plus discret à déplacer qu’un sac rempli de billets. Elles peuvent aussi être un bonus ajouté à la drogue ou aux billets pour entretenir les bonnes relations entre vendeurs et acheteurs. Volées, elles sont par ailleurs aisément remises sur le marché, surtout si la montre en question est accompagnée d’un certificat officiel, pour des clients qui en ont marre des files d’attente pour obtenir une Rolex, objet de convoitise suprême parmi toutes les marques de luxe.

Dans ce créneau criminel, Anvers se porte bien. Il est fréquent que des objets volés en France s’y retrouvent. En 2017, par exemple, le butin des braqueurs de Kim Kardashian avait été vendu et fondu à Anvers. D’autres enquêtes françaises ont également abouti à Anvers. Au début de cette année, deux négociants en or ont été arrêtés, soupçonnés de recel d’or volé en France.

Les montres de luxe, que ce soit comme monnaie d’échange ou comme bonus, ne circulent pas que dans le cadre de trafics de drogue. Elles ont tout autant de succès dans les affaires de corruption, comme on le suspecte dans le dossier toujours en cours du "footgate" en Belgique par exemple.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be