Avalanche meurtrière en Italie: “La montagne est de plus en plus dangereuse d’année en année”

Le réchauffement climatique pourrait être la cause du décès de sept randonneurs en Italie.

Avalanche meurtrière en Italie: “La montagne est de plus en plus dangereuse d’année en année”
©AFP

Au lendemain du terrible accident qui a endeuillé le glacier de la Marmolada, dans les Alpes du nord de l'Italie, l'heure était toujours aux recherches des disparus, lundi. Dimanche, une partie du glacier s'est décrochée, provoquant la chute de milliers de tonnes de glace et de rochers vers la vallée, précisément au moment où deux cordées de randonneurs traversaient le massif. Le bilan, lundi soir, était particulièrement lourd : au moins sept personnes ont perdu la vie tandis qu'il n'y avait guère plus d'espoir, lundi soir, pour la quinzaine de randonneurs emportés par l'avalanche meurtrière.

Pour beaucoup d'observateurs, l'accident, bien qu'imprévisible, n'est qu'une conséquence parmi d'autres des effets dévastateurs du réchauffement climatique sur la montagne. Samedi, un record de température avait été atteint au sommet du glacier (3 300 m d'altitude) : 10 degrés contre des températures habituellement négatives en cette période de l'année. "Cet effondrement est la conséquence des conditions météorologiques actuelles, c'est-à-dire un épisode de chaleur précoce qui coïncide avec la problématique du réchauffement climatique, a assuré à l'AFP le professeur Massimo Frezzotti, du département des sciences de l'université Rome 3. Nous avons connu un hiver extrêmement aride, avec un déficit de précipitations de 40 à 50 %."

Une modification du climat qui rend la montagne encore plus dangereuse qu'elle ne l'était déjà. "Le problème cette année, c'est que nous avons eu beaucoup moins de précipitations durant l'hiver, constate Yves Astier, guide de haute montagne au sein de la Maison des guides et de la montagne de Val Thorens. Il a bien neigé jusqu'au 20 décembre. Puis plus grand-chose de janvier à avril. Aujourd'hui, nous sommes dans des conditions de glace que l'on observe habituellement à la mi-août. On a un mois d'avance. Et cela en rend la montagne plus dangereuse."

D'abord en raison de glaciers dont l'homogénéité est mise à mal par la rareté des précipitations hivernales et les températures plus élevées qu'à l'habitude qui en font fondre une partie. Ensuite par la fonte de la glace présente dans les interstices rocailleux et qui sert de ciment entre les rochers. "Quand celle-ci fond, les rochers se désolidarisent et finissent par décrocher, commente Yves Astier Perret. L'absence de neige durant l'hiver et la chaleur d'été sont la combinaison parfaite pour provoquer des éboulements."

Pour les guides de haute montagne, cela complique la sécurisation des randonnées. D'une semaine à l'autre, la physionomie de la montagne peut avoir été profondément bouleversée. "La glace recule et s'effondre, c'est beaucoup plus dangereux, affirme Yves Astier. Heureusement, il y a une très grande solidarité entre guides. Quand on voit que des rochers menacent de décrocher sur des voies auparavant sans risques, on prévient les collègues."

Selon le guide, le réchauffement climatique accélérerait les changements de la montagne. "Nous devons être beaucoup plus précautionneux qu'il y a 10 ou 15 ans, précise-t-il. Certains passages, encore accessibles il y a deux semaines, peuvent ne plus l'être aujourd'hui. Autant dire que les cartes topographiques, dont les relevés ont parfois 25 ans, ne servent plus à grand-chose. Elles n'ont d'ailleurs jamais indiqué où étaient les crevasses."

Et Yves Astier de prendre l'exemple du Mont-Blanc : "La voie normale (NdlR : l'arête des Bosses) pour accéder au sommet est beaucoup plus difficile désormais. La différence de température entre le glacier froid et le glacier chaud, favorisée par le réchauffement climatique, fait que d'énormes crevasses (NdlR : parfois 20 mètres de profondeur) se créent et rendent d'autant plus dangereuse l'ascension. La montagne a toujours été dangereuse. Mais elle l'est encore plus depuis une dizaine d'années."

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be