Une bénévole de Couleur Café victime d’agression sexuelle : "Nos cris ont rameuté les gens du camping"

Une enquête est ouverte suite à des faits d’attouchements sexuels commis par deux individus sur le camping de Couleur Café.

Une bénévole de Couleur Café victime d’agression sexuelle : "Nos cris ont rameuté les gens du camping"
©D.R.

Une bénévole du festival Couleur Café a été victime d’une agression sexuelle alors qu’elle dormait dans sa tente le lundi 27 juin. Le festival s’était achevé dans la nuit du dimanche au lundi et les derniers festivaliers qui dormaient sur place quittaient doucement les lieux. Deux individus ont alors fait irruption sur le camping situé le long du stade Roi Baudouin, du côté de la station de métro Heysel, et ont tenté de rentrer dans plusieurs tentes.

Julie (prénom d'emprunt), 22 ans, devait effectuer un dernier shift pour travailler sur le camping à partir de 12h. "Il était entre 10 et 11h lorsque j'ai entendu deux voix en langue étrangère s'approcher de ma tente, se rappelle cette étudiante de 22 ans. La moustiquaire était ouverte ainsi que la tirette du bas pour pouvoir laisser passer de l'air. Tout d'un coup, l'un des deux individus ouvre la tirette et passe sa tête pour entrer dans ma tente. Je lui ai immédiatement dit de dégager. Il m'a répondu, dans un français approximatif, qu'il voulait faire connaissance. J'ai hurlé en précisant que mes amis se trouvaient à une dizaine de mètres de là et il est alors parti rejoindre l'autre individu qui rôdait autour des tentes."

Choquée par cette scène, Julie décide de sortir, de peur que les deux individus reviennent à la charge. "J'ouvre la tente, je me lève dehors. Je vois qu'ils rôdent entre les tentes. Je m'habille, mets mes chaussures et en observant autour de moi, je ne les voyais plus. J'envoie alors un message à Manon (prénom d'emprunt) une autre jeune bénévole que j'ai rencontrée lors du festival pour lui demander si elle est réveillée, mais je n'ai pas reçu de réponse. Mon regard se dirige alors vers sa tente et je vois qu'il y avait du mouvement. Je pensais au départ qu'elle était en train de s'étirer ou de s'habiller, poursuit-elle Là, j'ai une prise de conscience et je vais chercher un ami pour aller voir ce qui se passait dans la tente de Manon. Mon ami ouvre la tirette et on trouve alors le même individu qui avait fait irruption dans ma tente, couché dans celle de ma copine. Je vois Manon complètement apeurée, nous hurlons sur l'individu pour qu'il quitte les lieux, mais rien n'y fait, il reste couché dans la tente. Nos cris ont rameuté les gens du camping et je leur explique la situation."

Sous la pression, l'individu sort de la tente et Julie, tremblante et dans tous ses états, lui met une gifle et fait tomber sa casquette. "Je rentre alors dans la tente pour rassurer Manon. Visiblement, l'autre individu était également entré, mais j'ignore la raison pour laquelle il est ressorti. Manon a été victime d'attouchements sexuels", poursuit Julie, qui s'étonne qu'aucun membre de la sécurité n'était présent le lundi matin pour sécuriser les lieux.

"Pendant ce temps-là, mes copains ont traîné l'individu par terre et il s'avère qu'il était en possession d'un couteau. Il les a menacés avant de finalement prendre la fuite en direction de la station de métro Heysel. Une des personnes qui est venue à la rescousse de Manon a réussi à prendre leur photo pendant qu'ils prenaient la fuite."

Une plainte a été déposée le jour même au commissariat Bockstael de la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles. Le parquet s’est saisi du dossier. À l’heure d’écrire ces lignes, les deux individus n’ont toujours pas été interpellés.

Nous avons tenté de joindre l’organisation de Couleur Café pour recueillir une réaction, en vain.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be