Un jeune homme chute mortellement d'un puits de mine sur le site d'Eisden

Le drame est survenu sur un site minier. Il illustre les dangers auxquels s’exposent les amateurs d’exploration urbaine.

Un jeune homme chute mortellement d'un puits de mine sur le site d'Eisden
©BELGA

Un jeune homme de 24 ans originaire de Maasmechelen a fait une chute mortelle depuis la charpente d’un puits sur le site minier d’Eisden, en province de Limbourg, dans la nuit de mardi à mercredi. Les pompiers de la zone du Limbourg oriental ont été appelés sur place pour effectuer un sauvetage en hauteur, mais pour le jeune homme, l’aide est arrivée trop tard.

Le jeune homme avait abordé un couple sur le site et voulait leur montrer la vue depuis la tour du puits de 45 mètres de haut, qui était fermée par un portail, rapportent nos confrères de Het Laatste Nieuws. Il leur aurait dit qu’il faisait du parkour et de l’escalade urbaine. Cette pratique s’apparentant à de l’urbex, de l’exploration urbaine, consiste à escalader des bâtiments et immeubles souvent abandonnés ou désertés et à se procurer une bonne dose d’adrénaline.

Pendant que le couple se tenait en retrait, le jeune homme a commencé à escalader la tour du puits. À un moment donné, il aurait mal jugé la situation et a fait une chute de 22 mètres, avant d’atterrir sur une voûte en béton. Le couple a été témoin du drame et a alerté les services d’urgence.

Lorsque les pompiers de la zone de sauvetage de East-Limburg sont arrivés sur les lieux, il était malheureusement trop tard. La police locale de Lanaken-Maasmechelen s’est également rendue sur le site de la mine, ainsi qu’une ambulance et une équipe MUG. Le parquet du Limbourg a été informé. Le laboratoire médico-légal et un médecin se sont également rendus sur place. Vers 3h30 du matin, l’enquête sur place était terminée. Le site a ensuite été rouvert.

Ce drame illustre les dangers auxquels s'exposent les amateurs d'urbex qui bien souvent prennent des risques inconsidérés, et qui parfois surestiment leurs capacités au péril de leur vie. Très souvent, des personnes profitent des échafaudages du palais de justice pour se hisser au sommet, au péril de leur vie. Nous avions rencontré un amateur de cette discipline qui avait atteint la coupole du palais de Justice en 2018. "Il faisait extrêmement froid et le vent soufflait très fort. Nous sommes donc rapidement redescendus vers les statues qui sont protégées par les échafaudages, où le vent soufflait moins fort. Nous sommes encore longtemps restés à cet endroit pour faire des photos", expliquait Tanguy.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be