Après l'avortement illégal d’une adolescente, Messenger deviendra secret en 2023

Facebook, lapidé après avoir fourni des échanges à la police, réagit : seuls les gens qui communiquent pourront lire les messages.

Ponciau Sébastien
Après l'avortement illégal d’une adolescente, Messenger deviendra secret en 2023
©SHUTTERSTOCK

Le hashtag #DeleteFacebook revient en force depuis le début du mois d’août. Les protestations ont été déclenchées par la contribution du réseau à une enquête de la justice états-unienne, concernant l’avortement illégal d’une adolescente. Les messages privés, à la base des accusations, avaient été échangés entre une adolescente et sa mère.

L’Américaine de 17 ans, Celeste Burgess, est accusée d’avoir procédé à une IVG après le terme légal, au Nebraska, de vingt semaines de grossesse, en vigueur à ce jour. Selon la justice états-unienne, elle aurait recouru à une pilule abortive 28 semaines après la fécondation. Sa mère, quant à elle, est poursuivie pour "pratique d’un avortement passé 20 semaines de grossesse", "pratique d’un avortement par un médecin non agréé" et "dissimulation d’un corps humain", le fœtus ayant été enterré illégalement par les deux femmes.

La société de Mark Zuckerberg se défend de ces accusations en assurant qu’elle n’avait pas connaissance de la véritable teneur des investigations.

En pleine tempête après cette collaboration avec les services de police, Facebook cherche à apaiser ses utilisateurs et utilisatrices et indique travailler, pour 2023, sur le chiffrement de bout en bout par défaut de Messenger.

Contrairement à WhatsApp, autre filiale de Facebook, ou encore à la messagerie Signal, ce chiffrement sur Messenger n’est pas en place par défaut : il s’agit d’une option à activer.

Le chiffrement de bout en bout est un système de communication où seules les personnes qui communiquent peuvent lire les messages échangés. En principe, il empêche l’écoute électronique, y compris par les fournisseurs de télécommunications et par les fournisseurs d’accès Internet. Avec le chiffrement de bout en bout, personne n’est en mesure d’accéder aux clés cryptographiques nécessaires pour déchiffrer la conversation. Les systèmes sont conçus pour résister à toute tentative de surveillance ou de falsification. par exemple, les entreprises qui offrent un service de chiffrement de bout en bout sont incapables de remettre une version déchiffrée des messages de leurs clients aux autorités

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be