L’incroyable enquête sur les Belgo-Marocaines qui partaient en Syrie faire le "djihad du sexe"

"Les femmes devenaient recruteuses, propagandistes et objets de plaisir"

image d'illustration
image d'illustration ©Copyright (c) 2016 Mila Supinskaya Glashchenko/Shutterstock. No use without permission.

Les hommes ne sont pas les seuls qui partaient en Syrie faire le djihad. Des femmes sont parties également, mais pour d’autres raisons. C’est ce qu’Aicha Bacha, docteure en sciences sociales et politiques à l’Université libre de Bruxelles, met en évidence dans son enquête, "Le djihad en héritage sur le territoire belge", dont nous présentions le premier volet début novembre (DH 2/11/22). Depuis lors, la Bruxelloise a présenté ses travaux à la Sorbonne.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...