Un ancien policier qui consultait des images pédopornographiques risque 8 mois de prison

Le jeune homme, qui a démissionné de ses fonctions reconnait avec consulté régulièrement des images mettant en scène des enfants. Il nie par contre la détention de ces images.

Sofyan est le seul du trio à assumer ses responsabilités et à risquer la plus lourde peine de prison.
Un ancien policier qui consultait des images pédopornographiques risque 8 mois de prison ©D.R.

Un ancien policier de la zone de police Eifel a comparu mercredi devant le tribunal correctionnel d'Eupen pour répondre de détention et consultation d'images à caractère pédopornographique, entre 2019 et 2022.

Le prévenu a expliqué lors de l'audience qu'il ne savait pas comment il en était arrivé là. "Je me rends bien compte que ce n'est pas un comportement normal. C'est arrivé après la séparation d'avec ma copine, mi-2018", a-t-il indiqué lors de l'audience.

La procureure du Roi a estimé, elle, que toutes les préventions étaient établies. "Je suis choquée par les déclarations de Monsieur. Lors de son audition, il a indiqué : 'Certains prennent de la drogue, moi j'ai consulté des images...' C'est terrible venant d'un homme qui était policier et doit savoir mieux que n'importe quel citoyen que, derrière ces images d'abus, il y a des enfants maltraités". Le ministère public demande une peine de 8 mois de prison et s'oppose à la demande de suspension du prononcé formulée par l'avocat de la défense.

"Mon client sait qu'il a commis une erreur mais, il n'y a pas de problématique de pédophilie dans son chef", a assuré l'avocat du défendeur.

La zone de police Eifel, où il exerçait avant sa démission, s'est constituée partie civile et réclame un euro symbolique. Pour l'avocat de la défense, les faits se sont déroulés dans la sphère privée et la zone de police n'a subi aucun préjudice.

Jugement le 8 février.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be