Contenu de partenaire

Curé et policier pédophiles

Sophie Deghilage
 Une maman était poursuivie pour des gifles répétées, infligées à ses enfants.
Une instruction ouverte à Tournai suite à une enquête sur la pédopornographie sur Internet ©BELGAIMAGE 

Une instruction ouverte à Tournai suite à une enquête sur la pédopornographie sur Internet

TOURNAI Il y a trois ans, l'opération Falcon était lancée aux Etats-Unis afin de débusquer les clients des sites Internet à caractère pédophile pornographique partout dans le monde. Généralement, les internautes qui fréquentent ces sites illicites sont identifiés par les enquêteurs grâce à la carte de crédit qu'ils utilisent pour fréquenter les sites.

Cette enquête de grande envergure a eu des retombées dans notre pays et notamment dans la région du Hainaut occidental. Une dizaine de perquisitions ont été menées il y a quelques mois et du matériel a pu être saisi. C'est ainsi qu'un policier et un prêtre ont été interpellés en avril dernier.

À présent, leurs dossiers bouclés par le SJA ont été transmis au parquet de Tournai. Une instruction a été ouverte par la juge d'instruction Bastin. Mais difficile d'en savoir beaucoup plus d'un point de vue judiciaire, la magistrate est actuellement en congés. Cependant, les deux individus ne sont pas actuellement en détention préventive et leur inculpation ne leur a, semble-t-il, pas encore été signifiée.

Religieux écarté

Pour ce qui est du policier, il serait domicilié à Tournai mais il ne fait pas partie des forces de police du Tournaisis, exerçant ses activités professionnelles ailleurs. L'enquête étant en cours, les forces de l'ordre ne se montrent guère locasses et on ignore encore l'identité du pandore concerné. Quoi qu'il en soit, des mesures disciplinaires préventives existent au sein des forces de l'ordre pour faire face à des situations pareilles.

On en sait nettement plus concernant le prêtre impliqué dans cette affaire de pédopornographie. Il s'agit de Jean-François Gysels, 39 ans. Ce Tournaisien d'origine était jusqu'il y a peu de temps curé à Rumes et à Brunehaut ainsi qu'administrateur du doyenné d'Antoing.

Qui plus est, le religieux venait d'être nommé doyen de Comines. Une décision qui a immédiatement été cassée lorsque le scandale a éclaté. Conscient de la gravité de ses actes, l'homme est en aveux.

Sans attendre la décision de la justice et face aux rumeurs qui ont rapidement couru dans les paroisses placées sous la responsabilité du curé, les autorités religieuses tournaisiennes ont pris des mesures d'écartement radicales à l'égard de l'abbé Gysels.

Mise à jour du 25 juillet 2012 : par jugement prononcé par le tribunal correctionnel de Tournai en 2009, Monsieur Gysels a finalement été condamné à une peine d'emprisonnement de 6 mois avecc sursis probatoire. © La Dernière Heure 2006

Mise à jour du 18 janvier 2023 : le 27 septembre 2021, la Cour d'appel de Mons a rendu un arrêt qui accorde à Monsieur Gysels la réhabilitation relativement à la condamnation dont il a fait l'objet pour possession d'emblème, objets, films, photos ou autres supports visuels en matière de pornographie enfantine.


Scandale à l'Évêché TOURNAI La nouvelle de l'implication d'un homme d'église dans une affaire de pédopornographie a, on l'imagine, semé l'émoi au sein de l'Évêché de Tournai d'autant que l'abbé Gysels était fort apprécié au sein de ses paroisses. Sociable, il était connu pour son investissement dans la vie associative locale. Cependant, par souci de transparence, le porte-parole de l'Évêché, M. Blondeau s'exprime sur ce dossier délicat. "Nous avons été très rapidement mis au courant parce que le prêtre a souhaité être reçu par le vicaire général dès le lendemain de son audition par la police. Il a immédiatement reconnu les faits. Il a pris conscience de la gravité de ses actes." Très secoué, l'Évêché de Tournai a néanmoins immédiatement réagi. "C'est grave ! Nous avons pris les mesures de précaution élémentaire qui s'imposait en attendant que la justice prenne position. Il ne devait plus y avoir de contact avec des enfants. Même si aucun fait d'attouchement ou de viol n'a été révélé, on n'est jamais trop prudents." L'abbé Jean-François Gysens n'a pas célébré les communions programmées à partir du mois de mais. Il a également démissionné de la direction hennuyère de la Commission des vocations qui s'attache aux jeunes appelés à devenir prêtres. Il a aussi été remplacé, car il devait animer un pèlerinage à Lourdes durant cet été. "Il a aussi accepté de renoncer à ses responsabilités de curé et de doyen à Antoing" , précise encore notre interlocuteur. Comme le prévoit le droit de l'église en pareil cas, l'Évêché a également adressé un rapport à la Congrégation pour la doctrine de la foi à Rome. "Nous attendons des conseils et un éclairage pour ce qu'il faudra faire pas la suite." En effet, malgré une condamnation par la justice et une éventuelle peine de prison, l'abbé Gysels restera curé à l'issue de sa peine. "Mais il serait délicat de lui confier des missions à l'avenir. Actuellement, il est accueilli dans une congrégation religieuse et nous avons exigé qu'il suive un suivi psychologique."

Mise à jour du 25 juillet 2012 : par jugement prononcé par le tribunal correctionnel de Tournai en 2009, Monsieur Gysels a finalement été condamné à une peine d'emprisonnement de 6 mois avecc sursis probatoire. © La Dernière Heure 2006

Mise à jour du 18 janvier 2023 : le 27 septembre 2021, la Cour d'appel de Mons a rendu un arrêt qui accorde à Monsieur Gysels la réhabilitation relativement à la condamnation dont il a fait l'objet pour possession d'emblème, objets, films, photos ou autres supports visuels en matière de pornographie enfantine.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be