Faits divers Sur papier, la loi prévoit jusqu’à 25 000 euros et 3 ans d’emprisonnement.

Cinquante-neuf policiers locaux et fédéraux font l’objet d’un dossier à la Commission des jeux de hasard pour avoir joué sur des jeux de casinos et de salles de jeux automatiques en dehors de l’exercice de leurs fonctions. Selon la loi de 1999, des personnes peuvent être refusées dans un casino ou une salle de jeux automatiques en raison de la nature de leur profession. C’est le cas des magistrats, notaires et huissiers.

La même interdiction frappe les membres des services de police soit au total 51 259, civils (CaLog) compris.

(...)