Faits divers La Commission des Jeux alerte sur les sites asiatiques.

Une grand-mère d’Uccle, âgée de 82 ans, a découvert il y a quelques jours que son petit-fils âgé de 18 ans et à qui elle confiait sa carte de crédit pour qu’il fasse ses courses à Fort-Jaco, s’était servi de la carte pour prélever… 115.000 euros.

115.000 euros qu’il a pariés, en quinze jours, sur des sites asiatiques de jeux en ligne.

Grand-mère catastrophée. C’est ce que la mère du jeune homme nous a confié ! "Mon fils utilisait la carte de crédit de sa grand-mère pour miser sur des sites chinois et sur des sites de paris boursiers. On sait grâce aux décomptes qu’il allait jusqu’à miser 2.000 euros par tranche de demi-heure, et qu’il a même réussi une fois à jouer 40.000 euros en une seule journée."

Il a fallu un certain temps pour comprendre et réagir. "Entre-temps, il avait continué de jouer. Et la chance était avec lui puisqu’au lieu de continuer de perdre, il a récupéré un bon 80.000 euros. Ce qui fait que le compte débiteur n’est plus ‘que’ de 23.333 euros auxquels il faut ajouter déjà 600 euros d’indemnités de retard. Sa grand-mère est anéantie. Je n’en dors plus de me demander comment on va s’en sortir."

Et la maman du garçon ajoute cette dernière confidence : "Le pire, monsieur, c’est que mon fils n’a aucun remords."

Elle a chargé son avocat d’écrire à l’organisme de paiement et d’essayer de trouver avec lui un arrangement. "N’y a-t-il pas eu quelque part un certain défaut de vigilance ? Des mouvements de 2.000 euros par demi-heure et de 40.000 euros par jour, ça devait éveiller l’attention, non ? N’aurait-on pas dû contacter la grand-mère pour lui faire part du problème ?"

Réaction d’Etienne Marique, président de la Commission des Jeux de hasard. "Tous les mois, la Commission parvient à en rendre inaccessibles en Belgique quelques-uns de ces sites asiatiques de jeux en ligne. On les fait bloquer par les opérateurs. Mais ces sites, vous en avez combien en Asie ? 5.000 ? 10.000 ?"

Selon Etienne Marique, "des pays comme la Chine et le Laos combattent durement les mafias. En 2009, la Chine a condamné à mort plusieurs organisateurs et ceux-ci ont été exécutés. À part cela, comment vouloir récupérer quoi que ce soit dans des pays comme la Thaïlande ? Autant rêver. Depuis la Belgique, la Commission des Jeux est totalement impuissante".

Le jeune Ucclois aurait misé les plus grosses sommes sur des sites de paris de cotation boursière. Selon Etienne Marique, "ces sites sont des plaies. Le problème est qu’ils prospèrent chez nous grâce à Chypre qui leur délivre des licences. Nous les considérons comme des sites illégaux. Le minimum serait de les réserver à des professionnels de la finance et d’interdire toute publicité. L’interdiction de la publicité, je viens de la demander au ministre de la Justice Koen Geens".

Le président Marique donne le conseil aux parents de proposer à la Commission des Jeux d’inscrire leur fils sur la liste noire des joueurs interdits. "Il y aurait une solution si le jeune homme était mineur quand il jouait sur les sites. Il y a trois ans, la Commission des Jeux est intervenue auprès de Google qui savait (ou devait savoir) qu’un de ces sites était illégal. Dans un geste commercial, Google a accepté de rembourser les 27.000 euros que ce joueur mineur d’âge belge avait misés."

Sa mère, elle, se dirait heureuse si l’organisme de moyens de paiement, dans un geste commercial, acceptait déjà de bloquer les indemnités de retard qui alourdissent tous les jours d’un peu plus la dette de la grand-mère. Celle-ci est leur cliente depuis quarante ans.