Le parquet souhaite le placement sous mandat d'arrêt du chauffeur de bus. Treize victimes de l'accident sont toujours hospitalisées. Le pronostic vital de cinq d'entre elles est engagé, cinq autres sont grièvement blessées mais hors de danger, et trois autres ne sont que légèrement blessés.

Le chauffeur de bus, un Français âgé de 35 ans, figure parmi les blessés légers. Il a été interpellé à la suite d'un test salivaire positif à la drogue. Le parquet demandera mardi son placement sous mandat d'arrêt.

Les faits sont actuellement qualifiés d'homicide involontaire, de coups et blessures involontaires, de drogue au volant et de défaut de maîtrise de son véhicule. Des analyses sanguines et salivaires supplémentaires sont cependant encore nécessaires pour confirmer que l'homme conduisait bien sous influence.

L'autocar de tourisme français a dévié de sa trajectoire et heurté une glissière de sécurité en béton sur la E19 en direction des Pays-Bas, dimanche après-midi. Le bus s'est renversé et a atterri en travers de la chaussée. Les témoins et les images des caméras du centre flamand de circulation (Vlaams Verkeerscentrum) attestent qu'aucun autre véhicule n'a été impliqué. La E19 a été fermée tout l'après-midi après l'accident.

Le chauffeur du bus était déjà connu pour des infractions liées à la drogue

Le conducteur du bus qui s'est renversé dimanche après-midi sur l'E19 à Schoten, faisant deux morts et dix blessés graves, était déjà connu en France pour des infractions liées à la drogue, a révélé lundi le parquet d'Anvers. Le test salivaire effectué par le français de 35 ans après l'accident s'est révélé positif. Le parquet a également indiqué que l'analyse du tachygraphe du bus a montré que les temps de conduite et de repos étaient respectés.