Le chauffeur qui conduisait le camion impliqué dans l’accident s’étant produit mardi après-midi sur la N2 entre Vervins et Soissons, dans le département français du Nord, aurait révélé aux enquêteurs qu’il avait perdu le contrôle de son véhicule alors qu’il tentait de ramasser un objet tombé dans son habitacle. Peut-être un GSM. Quatre enfants en sont décédés.

L’homme, âgé d’une cinquantaine d’années, travaillait dans une entreprise située à une heure de route de Laon, situé à 60 kilomètres de Chimay. Testé négatif à l’alcool et aux stupéfiants, il est toujours entendu par les enquêteurs, ce mardi.

Selon nos confrères de France TV, ce n’est qu’en relevant la tête après avoir récupéré l’objet tombé dans sa cabine, que le routier a vu qu’il allait emboutir une camionnette à l’arrêt devant lui. Il aurait alors effectué une manœuvre d’évitement, se serait déporté sur la gauche et serait venu percuter de plein fouet une voiture arrivant en sens inverse. Percutée une nouvelle fois par une camionnette, la voiture se serait embrasée et immobilisée sur le côté.


Des témoins de l’accident seraient intervenus juste à temps pour extirper la conductrice, grièvement brûlée, avant que l’habitacle du véhicule ne s’embrase complètement. Avec, encore à son bord, quatre enfants entre 9 et 13 ans à qui les flammes ne laisseront aucune chance : un de ses enfants, et trois neveux ou nièces. La conductrice a été héliportée à l’hôpital d’Amiens dans un état d’urgence absolue. Son pronostic vital était, ce mardi, toujours engagé.

La semaine dernière, ce sont cinq enfants de 3 à 14 ans qui avaient péri dans les mêmes circonstances sur l’autoroute A7 à hauteur d’Albon, située à 60 kilomètres au sud de Lyon. Le turbo d’un monospace transportant neuf personnes au lieu de 7 maximum, s’était emballé et avait provoqué une perte de contrôle suivi d’un embrasement.

L'embrasement d'un véhicule après une collision : un phénomène pas si rare

Les incendies de véhicules consécutifs à un accident ne sont pas si rares que cela. Chaque année en Belgique, on compte une quarantaine de véhicules qui s’embrasent de cette manière. L’an dernier, 34 véhicules ont ainsi pris feu après une collision sur nos routes, indique l'Institut Vias, expert en matière de sécurité routière. Selon les statistiques de la Direction générale Sécurité civile, une dizaine de personnes décèdent chaque année dans ce type accident sans qu’il soit pour autant précisé si le décès est lié à l’accident en lui-même ou si la victime a péri par les flammes.