Faits divers L’incroyable condamnation d’un multirécidiviste : 3 ans de prison ferme, 26 500 euros et déchéance à titre définitif… pour un accident... sans blessé, mais après 3 Leffe !

Le tribunal de police francophone de Bruxelles a condamné un habitant de Koekelberg âgé de 43 ans à la peine totale de 3 ans de prison ferme après un "banal" accident de roulage qui n’avait occasionné qu’un peu de tôle froissée.

Sans doute, mais il y avait les circonstances : l’homme, en état d’ivresse, avait déjà fait l’objet de sept condamnations, dont il n’avait visiblement pas tenu compte. Dans la décision que La DH a pu lire, le juge Lionel Van Damme le traite d’"irrécupérable" et surtout édicte en principe que "la conduite sous influence d’alcool est un comportement crapuleux".

Outre 3 ans ferme, le conducteur en multirécidive écope d’une déchéance de permis de conduire à titre définitif et d’une amende massue de 24 000 euros. Tout ça pour un accident matériel sans réelle gravité, sans blessé et avec à peine quelques centaines d’euros de réparations en atelier.

Ce soir du 24 novembre 2017, l’homme, ouvrier dans le bâtiment, reconduisait des collègues chez eux avec la camionnette du patron. Après l’accident, survenu près de la place Madou, les policiers l’avaient trouvé affalé sur un muret, une cannette de 50 cl de Leffe quasi vide près de lui. L’homme, qui avait dû s’accrocher à une barrière pour se relever, expliquait que la BMW devant lui avait freiné un peu sec avant de reconnaître par la suite qu’il s’était en réalité endormi au volant après avoir bu "deux à trois Leffe". Et certainement davantage, vu le 2,51 affiché par l’alcootest.

Au casier judiciaire, pas moins de sept condamnations de plus en plus lourdes depuis 2011 pour alcool au volant, cinq pour délit de fuite et encore une pour défaut d’assurance et conduite en déchéance du droit de conduire. Les premières à 400 euros et 3 mois de retrait ; les dernières à 1 500 euros et 9 mois de déchéance.

Et ce soir-là, ce gaillard qui ramenait ses collègues chez eux était sous le coup d’une énième déchéance pour alcool au volant. Cerise sur le gâteau : il avait obtenu un duplicata de son permis en mentionnant qu’il n’était pas sous le coup d’une déchéance, c’est-à-dire en faisant une fausse déclaration.

Il est rare de voir cela. Au procès, son propre avocat s’est dit "découragé face à l’attitude de (son) client au fil des ans". Pour lui éviter la prison, il a suggéré une peine de travail.

Quand le président Van Damme a demandé au quadragénaire ce qu’il en pensait, ce dernier a répondu : "Ben, s’il faut le faire…"

L’accident n’avait pas causé le moindre bobo. À tout casser, 2 000 euros d’atelier chez BMW. Mais avec ce juge, c’est le poids des mots, le choc de la peine. Extraits du jugement : " Les sept sanctions précédentes, tantôt clémentes, tantôt sévères, n’ont eu aucun effet sur lui, pas même, et c’est regrettable, le suivi de la formation spécifique à la conduite sous influence d’alcool organisée par Vias."

Surtout, le juge Van Damme énonce une bonne fois pour toutes en principe que "conduire un véhicule sous influence d’alcool est un comportement crapuleux".

L’homme est qualifié d’"irrécupérable pour la société. Il convient, pour la protection de celle-ci, de le mettre à l’écart par le biais de peines d’emprisonnement. Il convient aussi d’être clair : (cet homme) a définitivement rompu le lien de confiance qui l’unit à la société dans son ensemble".

Et ça tombe sec : 2 ans ferme pour les 2,51 d’alcool au volant ; 1 an ferme pour la conduite en dépit d’une déchéance ; 26 500 euros dont 24 000 d’amende et 2 500 de frais divers (y compris la réparation de la BMW Série 7) ; enfin le tribunal prononce la déchéance du droit de conduire à titre définitif.