Il était devenu en quelques années à peine un phénomène gastronomique de la capitale française. Taku Sekine, chef japonais installé en France, est décédé à l'âge de 39 ans. Sa famille l'a annoncé mardi 29 septembre. Elle explique qu'il a mis fin à ses jours après des " ragots mensongers sur les réseaux sociaux" et elle dénonce un "lynchage médiatique".

La mort du chef est annoncée peu de temps après une accusation de violences sexuelles à son encontre. "Les conditions de la mort de Taku Sekine ne sont ni ordinaires ni accidentelles, selon la famille de M. Sekine qui s'exprime via un communiqué. [Il] a mis fin à ses jours, emporté par une grave dépression consécutive à sa mise en cause publique – sur les réseaux sociaux et sur un site spécialisé –, avec une récurrence s’apparentant à un véritable acharnement. Certains acteurs, notamment de la presse, ont sciemment, en quelques semaines et en l’absence totale de plainte, ruiné la réputation de Taku Sekine."

La famille dénonce également le manque de respect par certaines "personnes mal intentionnées" qui "bafouent toute déontologie et toute règle de respect de la présomption d'innocence".

Si dans un premier temps, le nom du chef n'avait pas été explicitement lié avec cette affaire, un site spécialisé l'a ensuite associé à plusieurs reprises aux faits d'agression sexuelle.