Faits divers Dans la polémique après l’attentat de Charlie Hebdo, l’enseignant est accusé de sexe et violence sur des élèves et se défend.

Yacob Mahi, l’enseignant bruxellois de religion islamique dont des propos ont fait polémique en 2015 après l’attentat de Charlie Hebdo, ira au tribunal. Pour le parquet de Bruxelles, l’instruction, qui est terminée, a fait apparaître des charges suffisantes pour juger (l’enseignant) pour : avoir commis des attentats à la pudeur avec violences ou menaces sur la personne d’un mineur de plus de 16 ans ; avoir attenté aux mœurs en excitant la débauche d’un mineur de plus de 16 ans ; avoir harcelé le même mineur ; avoir volontairement fait des blessures ou porté des coups à un autre mineur ; et, enfin, avoir fait usage de moyens électroniques pour importuner ou provoquer des dommages...

En 2018, la chambre du conseil avait remis l’affaire sine die pour permettre l’accomplissement de devoirs d’enquête demandés par l’enseignant. Cela ayant été fait, la juridiction d’instruction a ordonné le renvoi correctionnel.

Selon nos diverses sources, (...)