La jeune femme, qui a ensuite tenté de se suicider en se jetant sous un train, leur a aussi administré des sédatifs, a précisé Marcel Maierhofer qui dirige l'enquête policière, lors d'une conférence de presse à Solingen, une ville de l'Etat régional de Rhénanie du Nord-Westphalie.

Il a précisé que la jeune femme, hospitalisée et qui n'est pas en état d'être entendue par les policiers, était dans un état de "surmenage émotionnel" lié à la séparation il y a an d'avec le père de quatre de ses enfants.

Elle souffre de blessures graves mais ses jours ne sont pas en danger, selon la même source.

Les corps des cinq enfants qui, selon les enquêteurs ne comprenaient pas de traces de coups, avaient été retrouvés jeudi dans le logement familial par la police alertée par leur grand-mère. Il s'agit de trois fillettes de 1, 2 et 3 ans et de deux garçons de 6 et 8 ans.

Un sixième enfant, un garçon âgé de 11 ans, est en revanche en vie et a été confié à la garde de sa grand-mère qui vit à Mönchengladbach, à quelques dizaines de kilomètres de Solingen.

Sa mère l'avait envoyé à l'école jeudi avant de venir le chercher plus tôt arguant d'un décès dans la famille. Elle avait ensuite pris le train avec lui puis l'avait laissé seul poursuivre le trajet jusque chez sa grand-mère, ont détaillé les policiers.

Elle était descendue à la gare de Düsseldorf où elle a tenté de se suicider après avoir averti sa mère qu'elle avait tué ses enfants dans un échange de messages sur leurs téléphones portables.

La jeune femme est l'unique suspecte et les trois pères des six enfants ne sont pas soupçonnés, ont encore indiqué les enquêteurs.