Depuis trois mois, l’avocat bruxellois était interdit de palais de justice de Bruxelles

BRUXELLES L’avocat Abdelhadi Amrani, inculpé en mars de tentative de vol avec effraction, est de retour à Bruxelles et au palais de justice de Bruxelles. Amrani a obtenu la levée de trois conditions que le juge d’instruction avait imposées pour son maintien en liberté. La décision de lever ces conditions a été prise vendredi, pour “absence d’absolue nécessité” , par la chambre des mises en accusation de Bruxelles.

Soupçonné d’avoir demandé à un client en liberté de cambrioler le domicile d’un client détenu, Me Amrani est également inculpé d’abus de vulnérabilité. Après trois mois et demi d’absence forcée, il plaidera vendredi tout en restant inculpé devant la chambre du conseil.

Depuis le 17 mars, Amrani qui est Bruxellois avait dû se domicilier à Gembloux chez sa belle-mère magistrate. Il lui était interdit de poser le pied dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles et de plaider à Bruxelles, ce que le président Saint-Rémy a jugé vendredi constitutif d’une double peine indirecte, une façon déguisée de l’empêcher d’exercer sa profession.

Entre-temps, tous les devoirs d’enquête demandés ont été exécutés, sauf l’audition d’un autre avocat intervenant comme témoin dans ce dossier, et celle d’un des principaux accusateurs d’Amrani qui semble avoir disparu.

Ce témoin est un certain Mounir Kiouh. C’est l’homme à qui Amrani, qui nie, aurait demandé de commettre le fameux cambriolage. Bien qu’en aveux, Kiouh n’est pas inculpé à ce stade. Surtout, il ne répond pas aux convocations de la justice qui pourtant insiste : déjà trois convocations.

Selon nos infos toujours, Kiouh est connu pour 16 faits depuis 2002 dont trois condamnations à des peines de 12, 12 et 18 mois pour stupéfiants, vol et abus de confiance. Ce Mounir Kiouh doit aussi répondre encore d’un homicide ayant fait pour victime une enfant de 2 ans.

Me Amrani a plaidé aux assises (affaire Geneviève Lhermitte, boulanger de Jamioulx…). Il est aussi l’avocat de Hicham El Gaabouri, l’un des assassins présumés de M me Frédérique Levêque, l’automobiliste d’Uccle tuée par balle le 5 mars 2010. Son retour à Bruxelles a été obtenu par les avocats Didier De Quévy, Alexis Ewbank et Fernande Motte-De Raedt.



© La Dernière Heure 2011