La petite Équatorienne et sa maman veulent des réparations pour les traitements qu'elles ont subis à l'aéroport

BRUXELLES Ils avaient dit qu'ils allaient le faire. Les avocats d'Ana Cajamarca et de sa fille Angelica (11 ans) ont donc déposé plainte contre X, hier, au parquet de Bruxelles, pour les violences présumées commises lors de leur tentative d'expulsion vers l'Équateur lundi, expliquait l'un de leurs avocats, Me Valentin Henkinbrant.

On se rappellera que les deux Équatoriennes ont, dans un premier temps, accusé la police de maltraitance lors de leur transfert en vue d'être expulsées vers l'Équateur. Il s'est avéré mardi que ce n'est pas la police qui aurait porté des coups aux deux illégales mais les agents de l'Office des étrangers.

Les syndicats de police avaient réagi avec véhémence hier, traitant l'équipe d'avocats qui défend les deux femmes de "vautours profitant de la misère humaine" . D'après Philip Van Hamme, du syndicat national SNPS-NSPV, "sont aidés ceux qui ont de l'argent ou des affinités avec les médias alors que certains cas beaucoup plus graves sont totalement oubliés" . Le cas d'Angelica n'est en effet pas le cas le plus dramatique que l'Office des étrangers ait à traiter en ce moment. L'attaque a eu le don de provoquer le courroux de toute la profession.

Pour les avocats de la petite Équatorienne, les propos de syndicats de police - et surtout ceux de Philip Van Hamme - sont inacceptables. "La plainte, contre X, fait référence à des traitements inhumains et dégradants. Elle a notamment été déposée à la lumière des explications de la police fédérale et de l'Office des étrangers , a expliqué Me Henkinbrant. La plainte a été enregistrée. D'ici à une quinzaine de jours, un juge d'instruction devrait être désigné."

Mardi, la police fédérale avait fermement démenti, lors d'une conférence de presse, avoir maltraité les Équatoriennes. L'Office des étrangers avait alors admis qu'il y avait eu une confrontation, surtout avec la mère. Il s'était justifié en affirmant que la maman d'Angelica avait tenté de s'évader à l'aéroport et qu'elle avait "même mordu l'un des agents" .

L'équipe d'avocats de la famille Cajamarca a aussi annoncé qu'elle constitue le dossier de régularisation qu'elle déposera bientôt au nom de leurs clientes.

D'autres associations, aussi offusquées par les propos du syndicaliste, ont souligné que le cas Angelica leur permettait de mettre en avant un combat peu médiatisé qu'elles mènent tous les jours de l'année.



© La Dernière Heure 2007