Faits divers

Le voyage à La Mecque tourne au cauchemar pour une famille bruxelloise

BRUXELLES Le pèlerinage à La Mecque. L'un des cinq piliers de l'islam. Celui que tout bon musulman se doit de faire au moins une fois dans sa vie s'il en a les capacités physiques et financières.

Mme Tleitmes et sa fille ont économisé des mois durant pour se permettre ce voyage, celui de leurs rêves. 2.500 euros chacune qu'elles ont versés sur le compte de l'agence Sorif travel. Mais c'est un cauchemar qu'elles vivent actuellement sur place, en Arabie saoudite, à en croire M. Najari. "Ma femme et ma fille m'appellent tous les jours de là-bas. Elles y vivent un cauchemar à cause de l'agence de voyages qui était censée organiser correctement ce pèlerinage. Que du contraire, nous nous sommes bien fait arnaquer", s'exclame M. Najari.

L'enfer du voyage pourtant en lieu saint de Mme Tleitmes et sa fille ne serait ainsi pas près de s'arrêter, selon M. Najari. L'homme, resté à Bruxelles, est inquiet pour sa famille, il craint notamment que le retour de ses proches ne soit pas assuré.

"Tout a commencé avant même leur arrivée sur place. Le départ était censé avoir lieu à 18 h le 22 décembre dernier. Généralement, les retards ne surprennent pas les voyageurs. Mais là, ce fut l'inverse. L'avion est parti plus tôt que prévu, avec plus de 12 heures d'avance ! Si nous n'avions pas appelé l'agence la veille pour nous assurer que tout était en ordre, nous n'aurions pas su que le vol était avancé !", poursuit M. Najari.

Et la supercherie ne s'arrêterait pas là, selon M. Najari. "De Djeddah à Medine, le transport devait être assuré, ce qui ne fut pas le cas. Mes proches ont dû se débrouiller pour y arriver. La publicité assurait également un logement dans un hôtel quatre étoiles. Que du contraire, ma femme et ma fille dorment dans des chambres avec plusieurs autres femmes et les hommes dorment à dix ! Il était question également de la présence d'un guide. Ce dernier n'a pas été vu une seule fois par mes proches", précise M. Najari. L'homme compte bien porter plainte contre l'agence de voyages dès le retour de ses proches, "avancé par l'agence du 7 au 5 janvier, contrairement à ce qui était pourtant prévu".

Contactée, l'agence de voyages Sorif Travel se refuse à tout commentaire.



© La Dernière Heure 2007