Le corps de la victime avait été retrouvé le dimanche 22 janvier 2017 à 12h20 sur la plage de Knokke, sous une terrasse de la digue. Les premières conclusions du médecin légiste indiquaient que Sofie Muylle avait été tuée pendant la nuit.

Alexandru C. avait été interpellé le 26 juin 2017 en Roumanie, en exécution d'un mandat d'arrêt européen. Sur des images de caméras de vidéosurveillance, on voyait l'homme circuler pendant des heures à proximité du corps de la victime. Son ADN a également été relevé sur le cadavre mais le suspect continue de nier être le tueur. La défense s'appuie sur un rapport d'experts du tribunal pour argumenter qu'il n'y a peut-être pas eu assassinat. Selon ce rapport, la victime aurait perdu la vie en raison d'une hypothermie.

Au cours de l'enquête, Alexandru C. avait été placé sous mandat d'arrêt pour viol, torture et agression sexuelle. Le parquet a demandé son renvoi devant la cour d'assises et les parties civiles se sont jointes à cette requête. La chambre du conseil a renvoyé C. en juillet devant la chambre des mises en accusation de Gand en vue d'un procès d'assises, et cette dernière a donc décidé que l'homme devra répondre d'assassinat et viol avec circonstances aggravantes, accompagné de torture, devant les assises de Flandre occidentale.

Pour assassinat et viol avec circonstances aggravantes, le Roumain risque la réclusion à perpétuité et une éventuelle mise à disposition du tribunal de l'application des peines. En cas d'acquittement pour l'assassinat, il pourrait tout de même être condamné à 30 ans de prison pour viol accompagné de torture.

Le procès devant la cour d'assises de Flandre occidentale aura probablement lieu au premier semestre 2021. Le suspect restera derrière les barreaux jusqu'à son procès.