Faits divers

Pierre Serry, considéré comme l'intermédiaire ayant permis l'assassinat du châtelain de Wingene, espère ne pas être condamné à une peine plus lourde en appel. 

"Nous étions d'accord avec 21 ans de prison et n'avions dès lors pas interjeté appel", ont indiqué mardi ses avocats Kris Vincke et Walter Damen devant la cour d'appel de Gand. Stijn Saelens avait été abattu le 31 janvier 2012 dans son château de Wingene (Flandre occidentale). En première instance, André Gyselbrecht (67 ans), Pierre Serry (67 ans), Evert de Clercq (54 ans) et Franciscus Larmit (41 ans) ont été condamnés à respectivement 27, 21, 27 et 15 ans de prison par le tribunal correctionnel de Bruges. Le docteur André Gyselbrecht est considéré comme étant le commanditaire de l'assassinat de son beau-fils.

"Pierre Serry subissait une pression énorme", a souligné Kris Vincke mardi devant la cour d'appel. "Il n'est pas une figure sulfureuse. On ne doit pas avoir peur de lui. Pierre Serry n'est pas un grand salaud qui ne fait pas attention à autrui. A la prison de Bruges, il est d'ailleurs considéré comme une personne aimable. Il se charge notamment des nouveaux détenus. Pierre Serry a bien évidemment un casier judiciaire important. Mais finalement, c'est un homme bon et ses amis ont peu de reproches à lui formuler."

Me Vincke a indiqué ne pas avoir interjeté appel car Pierre Serry acceptait le jugement et la peine prononcées en première instance. "Ses aveux sont sincères, même s'ils ont été prononcés dans un deuxième temps. Tout d'abord, la stratégie a été de se taire. Cela a duré quatre ans. Peu avant Pâques 2016, il m'a choisi comme nouvel avocat et m'a demandé de consulter le dossier. Après les vacances de Pâques, je lui ai clairement dit qu'il ne pourrait pas échapper à une condamnation, l'enquête téléphonique étant très claire."

Pierre Serry est alors passé aux aveux complets. "Il m'a dit qu'il en avait assez. Il espérait que le jugement marque la fin de la procédure, mais le parquet a décidé d'aller en appel."

Walter Damen a ajouté que le jugement prononcé par le tribunal correctionnel de Bruges constituait "une analyse juste des faits avec une peine appropriée."