Au procès de l’attentat déjoué du Thalys d’août 2015, la cour d’assises spéciale a examiné mardi le parcours des coaccusés du tireur Ayoub El Khazzani.

Bilal Chatra, 24 ans

Élevé par sa grand-mère, ce jeune homme mince avait quitté l’Algérie à 18 ans. "J’avais envie de découvrir le monde", explique-t-il. Il prend l’avion pour Istanbul fin 2014, devient passeur entre la Turquie et la Grèce, falsifie des papiers, et gagne beaucoup d’argent "grâce à son intelligence et sa ruse". Sur place, il rencontre Abdelhamid Abaaoud, coordinateur de l’attaque du Thalys et du 13 novembre. Selon les enquêteurs, Abaaoud comptait le faire participer à l’attaque du Thalys et Chatra a pris la fuite quand il s’en est rendu compte.

Redouane El Amrani Ezzerrifi, 28 ans

Originaire d’une famille nombreuse au Maroc, il décide de rejoindre l’Europe début 2015. En Turquie, il loge avec d’autres migrants au même endroit qu’Abaaoud, fera un voyage entre la Turquie et la Grèce dans le même bateau. "Je l’ai trouvé gentil au début, j’ignorais ce qu’il avait dans la tête." Les enquêteurs estiment qu’il a pris la route des Balkans en janvier 2015 "commandé" par Abaaoud, pour y repérer le passage le plus sûr pour éviter la prise d’empreintes digitales. "J’ai rien à voir dans l’histoire", "tout ce que je voulais, c’était rentrer en Europe", soutient-il.

Mohamed Bakkali, 33 ans

Ce Belge considéré comme un logisticien clé des attentats du 13 novembre, est accusé d’avoir ramené El Khazzani, Abaaoud et Chatra en voiture en Belgique. Il soutient que ce n’était pas lui. El Khazzani et Chatra ont dit à la cour qu’ils ne l’avaient jamais rencontré.