Faits divers

"J’entends déjà une certaine gauche qui nous dira qu’il faut pardonner, comprendre", anticipe le MR montois, Georges-Louis Bouchez. "Mais une mesure automatique de suivi pour ce type de personnes, sans pour autant les obliger à demander une autorisation pour devenir parents, cela me semble utile..."

Un meurtrier d’enfant qui, à peine sorti de prison, récidive avec son bébé. Le drame, survenu à Koekelberg, fait énormément réagir sur les réseaux sociaux. Colère et incompréhension sont manifestées face à l’acte de ce père récidiviste.

Côté politique, le Monsieur idées du MR, Georges Louis Bouchez s’est lui aussi ému sur Twitter de cette malheureuse affaire. “J’ai aussi réagi en tant qu’avocat. D’abord, il y a lieu de s’interroger sur la durée de sa peine. Moins de dix ans pour avoir tué son premier enfant. C’est interpellant. Je ne connais pas le dossier mais ce que je sais, c’est que je vois de nombreuses personnes en situation de divorce, galérer pour récupérer la garde de leurs enfants. Et là, dès qu’il sort, il refait un enfant et tente de le tuer. Et rien, aucun suivi !”, s’exclame Georges Louis Bouchez.

N’allant pas jusqu’à réclamer l’instauration d’un permis pour devenir parents, le chef de file du MR montois, Georges Louis Bouchez estime toutefois qu’il faut exiger un suivi des parents meurtriers après leur libération.

(...)