Faits divers

Deux jours après le vol qu’ont subi les trois gérants de la bijouterie Pirson, située 457, avenue Mascaux à Marcinelle, Jean-Claude Pirson, le propriétaire âgé de 66 ans, raconte l’agression. "Il était 12 h 30 quand un individu, à visage découvert, s’est présenté à ma porte en me montrant une montre. Après lui avoir ouvert la porte, il me l’a remise. Tout cela sans dire quoi que ce soit. Une fois la montre en main, il m’a attrapé par le cou et m’a traîné dans la pièce à l’arrière de ma boutique. À ce moment, un autre homme est entré et a frappé violemment ma sœur, Anne-Marie, qui arrivait. Ma maman, Denise Timmermans, a été projetée contre moi. Ils nous ont maintenus durant deux ou trois minutes pendant que deux autres hommes sont entrés et ont saisi les bijoux, situés en vitrine."

Une fois les joyaux emportés, les voleurs ont descendu l’avenue Mascaux avant de tourner à droite dans la rue Chemin Vert. "Une voiture les attendait sûrement", continue Jean-Claude Pirson.

Une attaque qui s’est déroulée très rapidement malgré la présence du berger allemand. Au niveau des objets volés, les propriétaires n’ont pas encore pu estimer la perte. "Nous allons faire l’inventaire cette semaine afin de voir ce qui a été pris."

Avant ce mardi, Jean-Claude Pirson avait déjà eu la visite de deux personnes suspectes dans son magasin. "Il y a un mois environ, un homme est entré pour voir des chaînes en or. Tout de suite après, un deuxième homme a passé ma porte et m’a demandé de lui présenter mes montres. Le premier homme est ensuite revenu avec une montre pour que je puisse lui changer sa pile, chose qu’il m’était impossible de faire. Les deux hommes ont agi comme s’ils ne se connaissaient pas."

Quelques jours après, les deux mêmes hommes sont revenus mais ensemble cette fois. "Ils sont entrés et se sont contentés d’observer. Après un certain temps, on leur a d’ailleurs demandé de quitter le magasin."

Le propriétaire pense naturellement que ces événements sont étroitement liés. Hormis leurs blessures corporelles, les gérants comptent rouvrir leur magasin pour cette semaine. "Je ne compte plus vendre d’or. Il est aussi évident que je ferai plus attention à qui j’ouvre la porte et que j’utiliserai plus souvent ma chaîne de porte", conclut Jean-Claude Pirson.