Carmen Garcia Ortega avait été tuée le 10 janvier à la sortie de son cours d’espagnol.

Le 10 janvier dernier, vers 22h, le corps de Carmen Garcia Ortega, 35 ans, une habitante de Houthem avait été retrouvé dans la rue du Commerce à Comines (entité de Comines-Warneton).

La jeune femme avait été poignardée à de multiples reprises au niveau de la cage thoracique et du bas de la gorge. "Un vrai carnage", d’après des enquêteurs. La victime gisait à proximité de sa voiture. L’arme n’avait pas été retrouvée.

Carmen Garcia Ortega suivait des cours du soir d’espagnol. Moins de trois quarts d’heure avant d’être retrouvée sans vie, elle avait quitté ses compagnons de classe du cours du soir qu’elle suivait depuis un an et demi à l’Institut Saint-Henri de Comines.

Lorsque les enquêteurs débarquèrent sur place, ils constatèrent que le vol du véhicule ne semblait pas être le motif de ce meurtre, car les clés se trouvaient sur le contact de la BMW série Z de la victime.

"C’était une femme sans histoires, gentille, régulière aux cours. Elle ne laissait rien transparaître. Aucune difficulté, aucun problème", avait déclaré à l’époque à La DH, David Coudron, directeur de l’école de promotion sociale à Comines-Warneton, où Carmen suivait ses cours d’Espagnol .

L’entourage de la victime, née à Ypres, mariée, habitant Houthem depuis peu, avait été entendu par la police judiciaire fédérale.

Ce samedi , nous avons appris que le mari de Carmen Garcia Ortega a été placé sous mandat d’arrêt. Son mandat d’arrêt lui a été décerné ce vendredi.

Selon le procureur du roi de Tournai-Mons, Christian Henry, le mari nie les faits qui lui sont reprochés, mais les enquêteurs disposeraient de divers éléments à charge. Le mari de Carmen Garcia Ortega, dont l’identité ne nous a pas été communiquée, a été écroué à la prison de Tournai.