Faits divers

La DH a révélé, vendredi 7 juin, que le parquet de Liège a classé sans suite la plainte déposée après qu’un commerçant a affiché sur sa vitrine: “Interdit aux Juifs, autorisés aux chiens”.

L’information fait réagir jusqu’en France (Centre Wiesenthal) et en Israël. Alors que le parquet ne nous avait pas donné d’explications, Joël Rubinfeld, de la Ligue belge contre l’Antisémitisme, a appris hier que le motif du classement est que le commerçant en cause a “accepté d’envoyer une lettre d’excuses”

Ce motif n’est pas accepté par M Rubinfeld: “Nous attendons une confirmation écrite du parquet qu’il s’agit bien de l’explication. Si c’est le cas, c’est surréaliste, c’est du Magritte, et nous explorerons tous les recours légaux possibles pour nous y opposer et obtenir que la plainte sur un cas si manifeste de violation de la loi Moureaux, aboutisse devant les tribunaux.”