La veuve de la première victime des tueries n'a pas oublié...

WAVRE La première victime, tuée il y a exactement 25 ans, était policier à Wavre : Claude Haulotte avait 33 ans. Ses parents Marie et Maurice, qui était greffier de justice et est décédé l'an passé, ont vécu jusqu'à la fin en portant le deuil de leur fils.

Dernier témoin à pouvoir parler de Claude Haulotte, sa veuve, Jacqueline, ne s'est pas remariée : nous l'avons retrouvée. Après le drame, Jacqueline a quitté le Brabant wallon. Ses souvenirs s'estompent et Jacqueline s'en désole. "Je ne sais même plus dire ce que nous nous sommes dit la dernière fois. Claude, qui avait d'abord été agent d'assurances à la Winterthur, adorait ce métier de policier. Je sais que c'est par hasard qu'il se trouvait pas loin de l'armurerie Dekaize : on l'avait appelé pour un chien errant; il est tombé dans ce hold-up. Claude était très bon tireur : il aimait la chasse. Mais il n'avait que trois balles dans son chargeur.

"Les détails, je n'y ai jamais eu droit. Je ne sais même pas s'il a fait feu. Nous n'avions pas d'enfant. Claude était profondément bon, généreux, serviable. Quand il est mort, je n'ai eu droit à aucun soutien : les bureaux d'aide aux victimes n'existaient pas comme aujourd'hui.

"Ses parents ont conservé son képi qu'ils gardaient dans leur living avec la date de leur calendrier arrêtée au 30 septembre 1982. Claude est resté l'homme de ma vie. Ce n'est que depuis 1999 (après 17 ans donc, NdlR) que je touche une pension de veuve, environ 1.750 euros qui me permettent de vivre."



© La Dernière Heure 2007